Budget primitif 2023 : un budget maîtrisé au plus juste malgré de fortes contraintes

Ce lundi 5 décembre, les élus de l’assemblée de la province Sud ont adopté le 4ème budget primitif de la mandature qui s’élève à 66.3 milliards dont 55.3 milliards de mouvement réels, et 14.9 milliards d’investissement. Inscrit dans un contexte économique, fiscal et social fortement dégradé, ce budget primitif 2023 se veut maîtrisé au plus juste pour respecter les domaines de compétences de la collectivité, tout en garantissant la meilleure qualité de vie possible à ses habitants.  


Le Budget primitif 2023 voté ce jour en assemblée de Province a réaffirmé la détermination de la province Sud à investir pour favoriser la relance économique et contribuer ainsi à la croissance. En optimisant la gestion de ses moyens généraux et humains, l’exécutif de la province Sud s’est engagé à poursuivre les équilibres de la collectivité malgré les déséquilibres induits par la clé de répartition obsolète, et à faire progresser son investissement pour réaliser les projets prévus dans le cadre du plan stratégique « Vision Sud ».

Parmi les principaux projets prioritaires inscrits au BP 2023 on notera :

  • le foyer de réetayage de Néméara à Bourail (premiers enfants acceuillis au 1er trimestre 2023)
  • le déploiement dans les collèges du cartable numérique
  • le doublement de voie et la sécurisation de l’échangeur Païta Nord
  • le renforcement du giratoire et des bretelles de Nakutakoin à Dumbéa
  • la passerelle piétonne de la Coulée au Mont-Dore
  • l’écopole recyclerie à Nouméa-Ducos
  • le plan d’investissement pour rendre plus attractif le parc provincial des Grandes Fougères
  • les travaux de résidentialisation à Nouméa-Magenta ou Dumbéa-sur-mer
  • le pôle technique provincial à Nouméa-vallée du tir
  • l’espace multiculturel de Déva à Bourail
  • la maison de Wallis-et-Futuna à Nouméa-Magenta
  • l’achèvement de la sécurisation des 21 collèges

Un Budget Primitif 2023 juste et maîtrisé qui fait débat

« Aujourd’hui, la construction de ce budget primitif 2023 montre que nous arrivons au bout de l’exercice. La province Sud, malgré tous les efforts engagés pour contrôler ses charges, n’a plus de marge de manœuvre. Elle dépend essentiellement des dotations du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Dans cet exercice très compliqué, nos services ont dû faire des choix, dont celui de la révision du périmètre d’intervention de la Province en matière d’enseignement privé » a déploré Philipe Blaise, le premier vice-président.

Pour maintenir un budget équilibré, « la province Sud a dû se recentrer sur ce qui relève strictement de ses obligations légales et de ses compétences » a ajouté Sonia Backès, la présidente. C’est le cas notamment pour l’enseignement privé dont la dotation de la province Sud s’élève à 280 millions de franc en 2023, soit une baisse de 700 millions de francs justifiée par le travail réalisé en GTPE (Groupe de travail des présidents d’exécutif) et « validé par l’ensemble des collectivités » a assuré la présidente. Ce GTPE a permis de « déterminer de façon claires les dépenses qui relèvent de chaque collectivité, que ce soit de la province Sud, de la Nouvelle-Calédonie ou des communes » a-t-elle expliqué. Bien qu’uniquement compétente pour les collèges, « la province Sud ne se désengage pas de l’enseignement privée et met encore 280 millions pour une compétence qui n’est pas la sienne. La province Sud ne peut pas être la ceinture et les bretelles de toutes les collectivités » a martelé la présidente, rappelant fermement que « la province Sud n’a aujourd’hui plus les moyens de financer les compétences qui ne sont pas les siennes et qu’elle ne va pas endosser les responsabilités que les autres n’assument pas ! »

Consciente des difficultés qui pourraient impacter la rentrée scolaire des 11 000 enfants scolarisés dans le privé, la province Sud s’engage à « verser très tôt les 280 millions de manière à tenir 4 ou 5 mois pour permettre cette rentrée. On fera tout ce qui relève de notre responsabilité pour verser cette dotation le plus vite possible » a assuré la présidente, avant de conclure : « La province Sud est desservie, et l’enseignement est une priorité, mais on ne peut pas toujours demander aux mêmes de faire les efforts. La province Sud assume ses missions, et dans ce cas, c’est à la Nouvelle-Calédonie de trouver les solutions. Ce n’est pas aux collectivités et à la province Sud de pallier les dysfonctionnements du gouvernement. »

Les efforts de l’Exécutif salués

Malgré les abstentions de Calédonie Ensemble, de l’Eveil Océanien et du FLNKS Sud au vote du BP 2023, motivées par les incertitudes que génère le contexte économique et fiscal catastrophique et la question du financement de l’enseignement privée qui reste sans réponses, les efforts de l’Exécutif ont tout de même été salués : « L’Exécutif a tenté de construire un budget équilibré tant bien que mal, en dépit de cette conjoncture effroyable » selon Philippe Michel. Des efforts également salués par Petelo Sao, qui a relevé qu’aujourd’hui, « l’Exécutif propose le meilleur Budget Primitif que nous avons depuis 5 ans, valorisant notamment l’investissement de 12 milliards pour la collectivité, le retour de l’activité économique en province Sud, et la reprise du tourisme…une situation difficile et contraignante, mais pas sans perspectives » a-t-il précisé. « Un budget sincère, responsable et équilibré » a conclu Naïa Wateou pour les loyalistes.