Logements aidés : remise de clés de deux maisons conçues sur un nouveau modèle

Avec des prestations qui tendent à se rapprocher du privé, la collectivité donne un nouveau virage au programme Logement Aidé en Province Sud (LAPS). Confié à la Sem Agglo, ce dispositif apporte un coup de pouce financier, technique et administratif aux ménages qui désirent accéder à la propriété. Réalisé par le constructeur Muto, le nouveau modèle de villa propose des maisons clé en main. Muriel Malfar-Pauga, la présidente de la commission de l’habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire accompagnée de l’élue Maria Isabella Saliga Lutovika, a remis les clés à deux nouveaux heureux propriétaires, dans le secteur de Dumbéa sur mer.


Recevoir les clés de sa nouvelle maison est toujours un moment important, car c’est l’aboutissement d’une démarche qui fait partie d’un projet de vie. « L’essentiel est d’avoir un toit mais pas n’importe comment », scande Muriel Malfar-Pauga qui au nom de Sonia Backès, la présidente de la province Sud, porte depuis 2019 la politique provinciale de l’habitat. « Nous nous efforçons de travailler sur le bien vivre, le mieux-vivre des personnes quand elles sont dans un logement social car l’habitat n’a pas de couleur. »

Virginie Chaouri fait visiter sa villa aux élues Muriel Malfar-Pauga et Maria Isabella Saliga Lutovika.

Des prestations qui se rapprochent du privé

Venue pour remettre les clés aux nouveaux propriétaires bénéficiaires du programme Logement Aidé en province Sud, Muriel Malfar-Pauga présente la nouveauté de ce modèle de villa dont la construction a été confiée par la SARL Muto : « Nous nous sommes aperçus que dans le programme LAPS, les logements étaient livrés complètement nus. C’est-à-dire qu’ils n’avaient ni tringles à rideaux, ni placards ou même d’étagères dans les chambres. Or, les personnes qui entrent dans un logement ne sont pas forcément équipées de perceuse. Nous avons notamment des femmes seules avec enfant et même des hommes seuls qui ne sont pas bricoleurs. Et ce n’est pas parce que ce sont des logements sociaux, qu’on ne doit pas donner les mêmes prestations que dans le privé. C’est pourquoi, nous avons travaillé avec M. Muto qui a obtenu le marché, pour faire en sorte d’adapter ces prestations en fonction du prix du logement. »

La sécurité pas une option !

La localité où se trouvent les deux nouvelles villas de type F4 présentent hélas, une problématique de délinquance bien connue. Aussi, Muriel Malfar-Pauga a tenu à rassurer les deux nouveaux propriétaires. « Nous sommes sur Dumbéa sur mer, nous savons pertinemment que le taux de délinquance y est élevé notamment pour les vols. Avec Maud Peirano, la directrice générale adjointe de la SEM Agglo, nous allons faire en sorte d’installer le plus rapidement les volets roulants pour sécuriser les logements. La présidente Sonia Backès veut que la Province soit proche de la population, cela implique de se mettre à la place des nouveaux propriétaires que nous accompagnons. »

Une « Villa clé en main »

Conçu pour aider les ménages à accéder à la propriété en tenant compte de leur situation et de leurs ressources, le programme LAPS propose aux bénéficiaires un soutien administratif (assistance à la définition du projet d’accession, aide à l’élaboration du plan de financement, accompagnement à la recherche de prêt bancaire, etc.). Les porteurs de projet disposent également de l’expertise d’un technicien qui obtient les autorisations d’urbanisme auprès de la mairie, assure le suivi du chantier et le contrôle de qualité des travaux. Le bénéficiaire obtient une subvention provinciale qui varie de 2,5 à 4,5 millions de francs pour la réalisation de son bien immobilier qui inclut systématiquement des équipements verts (chauffe-eau solaire, isolation thermique, système de récupération d’eau de pluie). Ces équipements répondent un double objectif : maîtriser les coûts de l’énergie pour le ménage et répondre à l’action provinciale en faveur de la transition énergétique.

Ce dispositif d’accession à la propriété d’une « villa clé en main » financé dans le cadre du contrat de développement, permet à un ménage de devenir propriétaire sans vivre les inconvénients liés à la construction d’une villa (complexité administrative et financière, choix du constructeur, suivi de chantier…) pour un coût de construction maîtrisé.

Pour Virginie Chaouri, c’est l’aboutissement d’une longue démarche: « Depuis 2015 j’attends d’avoir un vrai chez moi. Actuellement, je suis logée par mon employeur au lycée Jules Garnier. Mais ce projet me tenait à cœur pour mon mari et mes enfants Je suis satisfaite du résultat. Un grand merci à la Province et à la Sem Agglo. » Même si elle n’a pas attendu aussi longtemps Stella Hukane, jeune maman de 29 ans rêvait elle aussi d’une grande maison pour elle et sa fille : « Cela n’a pas été facile, mais j’ai réussi ! Bien que j’habite seule avec ma fille, j’ai une grande famille à Maré et ce F4 me permettra de les accueillir. »

Remise de clés à Stella Hukane.

La Province assure fermement sa volonté d’aider les ménages aux revenus moyens : « La feuille de route de notre mandature est d’aider les gens à accéder à la propriété. Dans le secteur de Dumbéa sur mer, nous avons actuellement 11 logements dans le cadre du LAPS. Nous allons encore travailler pour trouver des accords au niveau du foncier pour installer d’autres familles. »

En savoir plus sur : Le Dispositif Logement Aidé en province Sud

 



Programme Logement Aidé en province Sud en chiffres :

 

500 administrés aidés dans le cadre du dispositif LAPS par la province Sud pour la construction de leur résidence principale depuis 2007.

18 conventions d’aide LAPS signées par la province Sud ces trois dernières années, représentant un montant de subvention de 58 MF pour la province Sud et l’État.

285 000 F de revenus mensuel, c’est ce dont dispose le ménage « type » aidé, et cela comprend un couple avec un ou deux enfants. Ce ménage s’oriente le plus souvent vers la construction d’un logement F4 pour un montant de travaux moyen de 14,5 MF.