Les tumuli de l’Île des pins vont-ils livrer leurs secrets ?

Pour la première fois, la province Sud vient de lancer des fouilles archéologiques à la tribu de Kéré pour découvrir les secrets d’un tumulus, sorte de butte artificielle que l’on retrouve sur tous les continents et qui abrite généralement une sépulture. La collectivité et les archéologues en ont profité pour inviter des enfants du Collège de Vao sur le site des fouilles.


Ces recherches archéologiques sont de toutes importances d’autant que l’Île des Pins est parsemée d’environ 400 tumuli, des amas de terre et de roches de grandes dimensions. En comparaison, il en existe seulement une dizaine sur la Grande terre à Koumac, Boulouparis et près de Païta.

Ces fouilles réalisées pour la province Sud par une équipe d’archéologues et d’agents de l’Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique (IANCP) et d’un archéologue de l’Université de la Nouvelle-Calédonie (UNC) ont pour principale mission de savoir quelle était la fonction de ces tumuli. Car si les tumuli découverts autour du globe trouvent leurs origines dans des anomalies géologiques, dans le résultat d’une fabrication animale et réutilisé par l’homme, ou dans des pratiques funéraires, la fonction des tumuli de l’Île des Pins reste aujourd’hui encore mystérieuse. On sait juste que dans les années 1980, une découverte fortuite d’ossements humains avait été faite par des habitants de Vao dans le tumulus de Tüu près de la baie de Saint-Joseph.

Le tumulus de Kéré

Ce tumulus qui fait 18 mètres de diamètre pour environ 4 mètres de hauteur a en son centre une colonne de chaux. Il a été identifié en 2020 lors d’une opération d’archéologie préventive dans le cadre du projet de construction de l’Installation de Stockage des Déchets (ISD) de l’île. Le tumulus de Kéré a surtout la grande particularité d’être resté intact. Il n’a jamais été éventré par l’érosion du temps ou d’origine humaine. Partant de ce constat, la province Sud a donc décidé cette année, en collaboration avec les archéologues, les coutumiers et la commune, de comprendre l’organisation et la destination de cette structure.

C’est la première fois que des fouilles réalisées par des professionnels sont engagées sur un tumulus. Les fouilles qui ont commencé fin septembre interrogent bien entendu les habitants, curieux de leur passé, leur histoire. La province Sud a donc profité de ce chantier pour partager, les coups de pelles et les connaissances des archéologues présents avec des enfants du collège de Vao, témoins de cette première sur l’Île.

Les travaux de recherche sur site se terminent à la fin du mois et apporteront peut-être des éléments de réponses aux questions que se posent les archéologues sur les tumuli de l’Île des Pins et ainsi apporter une nouvelle pierre à l’édifice de l’histoire ancienne de la Nouvelle-Calédonie et de sa région.