La province Sud s’engage aux côtés de ses partenaires pour redonner vie aux quartiers du Pic aux Chèvres

Apogoti, Takutea, Brigitte. En moins de 15 ans, les conditions de vie de la zone dite du « Pic aux Chèvres » n’ont cessé de se dégrader malgré une zone riche d’opportunités. Pour améliorer le cadre de vie de ses habitants, la province Sud, l’État, le gouvernement, la mairie de Dumbéa et les trois bailleurs sociaux (SIC, FSH et SEM Agglo) ont signé hier, mardi 12 juillet, une charte d’engagement qui officialise « la volonté commune de travailler ensemble et en confiance, afin de porter un projet de renouvellement urbain au Pic aux Chèvres pour la sécurité et le bien-être des habitants », a déclaré Philippe Blaise, le premier vice-président de la province Sud. Une convention innovante, portée par la Ville de Dumbéa, et qui s’inscrit dans le cadre de la démarche globale HABILE, pour un habitat tranquille, initiée par la province Sud.


Réunis à la l’Hôtel de Ville de Dumbéa, les signataires de la charte ont salué, à l’unanimité, l’objet de cette signature qui vise à « partager une vision commune pour trouver des solutions adéquates, cohérentes et réalistes, en impliquant les habitants du quartier du Pic aux Chèvres afin d’en faire un lieu où il fait bon vivre », souligne Georges Naturel, le maire de Dumbéa. Philippe Blaise n’a pas manqué de valoriser la force partenariale engagée entre tous les signataires : « Chacun détient une partie de l’équation », a-t-il martelé. « Pour la première fois, nous signons une charte qui matérialise une coopération de tous pour n’avoir qu’un seul discours. Nous pourrons ainsi coordonner nos actions et rencontrer les populations afin de cibler les besoins et mettre en place une feuille de route commune. »

La démarche globale HABILE pour « apporter une âme au quartier et passer d’une logique du logement à une logique de l’habitat »

Pour améliorer la qualité de vie des habitants d’Apogoti, Takutea et Brigitte qui regroupent une population jeune et familiale et compte plus de 300 logements, ce projet de renouvellement urbain s’inscrit dans le cadre de la stratégie globale HABILE. À l’initiative de la province Sud, HABILE « définit un cadre d’intervention en faveur d’une action globale pour mettre l’humain au cœur des préoccupations et favoriser notamment les projets d’économie et de proximité au cœur des quartiers sensibles », précise Marie Benzaglou, directrice de la direction de l’Emploi du Logement de la province Sud (DEL). À travers cette démarche, la province Sud se veut ainsi « pro-active » pour « encourager et soutenir l’émergence d’actions concrètes et de projets de terrain adaptés aux attentes des habitants », ajoute Philippe Blaise avant de poursuivre : « Il ne s’agit plus de faire uniquement de la rénovation. Il s’agit là d’apporter une âme au quartier et passer d’une logique du logement à une logique de l’habitat. »

L’importance d’agir vite, pour des résultats concrets

Pour encourager la coopération et l’implication des populations dans ce projet, Philippe Blaise a insisté sur l’importance de fournir « des résultats concrets et assez rapidement à travers des petites opérations bénéfiques aux habitants. » C’est le cas par exemple à Magenta Tour, où la province Sud a lancé rapidement le tout premier chantier d’insertion début 2022. « Les habitants ont pu constater des résultats rapides créant un effet d’entrainement et d’enthousiasme », explique le premier vice-président. À travers plusieurs dispositifs, la province Sud s’attache ainsi à « répondre avec efficacité et rapidité aux besoins de la commune pour les habitants de ces quartiers, notamment par le biais d’appel à projets ou du Budget participatif. »

Gregory Lecru, le Commissaire délégué de la République pour la province Sud et Philippe Blaise, premier vice-président de la province Sud

L’État renouvelle son soutien aux populations et à ses partenaires de l’habitat

Saluant cette « séquence emblématique » qui réunit tous les acteurs autour « des enjeux de l’habitat », Grégory Lecru, le Commissaire délégué de la République pour la province Sud, a renouvelé le soutien de L’État aux côtés des signataires et des populations pour « accompagner ce projet » à travers notamment « les contrats de développement » et « la sécurité », puisque « la qualité de vie dans un quartier passe par la tranquillité publique », a-t-il assuré. Enfin, ce dernier a salué « cette démarche qui passe par une logique de concertation, de participation et d’implication des habitants. »

« Une dynamique mise en place qui nous engage pour être au rendez-vous et répondre aux attentes et aux besoins des populations, ensemble », a-t-il conclu.