La province Sud, engagée pour ses agents en faveur de la sécurité routière

À l’occasion des journées de la sécurité routière au travail du 9 au 13 mai, la province Sud a organisé hier une grande opération de sensibilisation et d’information à destination de ses agents. L’objectif : participer à son échelle à l’effort collectif de lutte contre l’insécurité routière, véritable fléau des routes calédoniennes.


En partenariat avec la Police nationale et l’association Prévention routière de Nouvelle-Calédonie, la province Sud proposait hier à ses agents une journée placée sous le signe de la sécurité routière. Ainsi, au Centre administratif de la province, situé à Port-Moselle, 8 ateliers avaient pris place pour accueillir les agents de 9 h à 16 h autour de grandes thématiques comme les conduites dangereuses, le contrôle du véhicule, l’alcool et les stupéfiants…

« Je n’ai bu que 2 verres… Oui, mais 2 verres grands comment ? ». Au stand alcool de la prévention routière, on prend conscience de la quantité d’alcool réellement consommée : on a souvent la main plus lourde à la maison, en comparaison aux doses standards de la restauration.

Infuser une conscience des risques

L’enjeu est important pour la collectivité : même si la prévention routière ne fait pas partie de ses compétences. L’exécutif, refuse d’être fataliste face la situation critique sur les routes du pays et dans un souci de prévenir la délinquance routière, a saisi l’opportunité des Journées de la sécurité routière au travail pour les décliner au niveau de l’institution. Ainsi,  à travers des ateliers et challenges ludiques et pédagogiques, les agents ont pu apprendre et retenir des informations-clés qu’ils pourront relayer auprès de leur entourage. Pour les organisateurs en interne, c’est une réussite, qui repose sur la volonté des agents : « Dès 9 h du matin, on a pu constater un bel engouement. Les agents, venus de toutes les directions, participent par petits groupes et prennent le temps d’échanger aux ateliers. ». Chacun y est allé de sa question ou de son anecdote et les échanges se sont révélés constructifs. « La journée est très instructive. Elle permet par exemple de se rendre compte à quel point la consommation d’alcool altère les capacités cognitives ou de la violence d’un choc, même à toute petite vitesse ! L’approche est concrète et basée sur l’échange et la démonstration », témoignait sur place Léa Tripodi, élue provinciale. À ses côtés, Philippe Blaise, 1er vice-président de la Province, précisait : « Les tests en conditions réelles permettent de prendre véritablement conscience des risques, pour sa propre sécurité ».

Philippe Blaise, 1er vice-président de la province Sud, et Léa Tripodi, élue provinciale, ont testé l’auto-choc.

8 ateliers contre le risque routier et les idées reçues

Afin de raviver leur vigilance sur les pratiques à risque et d’acquérir de nouvelles notions en termes de sécurité routière, les agents de la province Sud pouvaient donc participer à huit ateliers :

  • Diffusion du documentaire Conduites dangereuses de Jenny Briffa
  • Port de la ceinture : véhicule auto-choc (crash-test), pour tester l’impact ressenti d’un choc (animé par l’association Prévention Routière)
  • Un véhicule sûr : vigilance et contrôle des voitures provinciales (animé par la direction provinciale de l’aménagement, de l’équipement et des moyens – DAEM)
  • Alcoolémie : parcours avec des lunettes déformantes qui simulent l’état d’ébriété ou la fatigue, prise de conscience des doses d’alcool consommées et des risques liés à l’alcoolémie (animé par l’association Prévention Routière)
  • Assurances : bien remplir le constat en cas d’accident (animé par le courtier en assurances de la DAEM)
  • Contrôles : Explications des sanctions liées aux différents taux d’alcoolémie, dépassements de vitesse autorisée et non-port de la ceinture (animé par la Police nationale)
  • Stupéfiants : questions-réponses sur les effets du cannabis (animé par la direction provinciale de l’action sanitaire et sociale – DPASS)
  • Et pour ajouter une pincée de challenge à tout cela, un quiz, avec des entrées aux parcs provinciaux à la clé pour la direction qui aura obtenu le meilleur score.

Pour Madeleine, agent provincial : « Cette journée de sensibilisation est vraiment intéressante : c’est l’occasion de se confronter à toutes nos idées reçues, sur le cannabis ou l’alcool par exemple.  Je ne consomme pas ce type de produits mais l’atelier avec les lunettes pédagogiques m’a justement permis de comprendre ce qu’il se passe quand on prend le volant avec de l’alcool dans le sang ».