« Enfin, je vais pouvoir nager dans une rivière. Incroyable ! »

La province Sud vient de créer le premier aménagement d’accès à la rivière pour les personnes en situation de handicap et à mobilité réduite. Rampe, sanitaires, parking, cet aménagement se situe au Parc Provincial de la Rivière Bleue.


Le constat est simple : « Il est très difficile d’accéder à une rivière pour une personne « handi », la nature du terrain fait qu’il y a des chemins très accidentés, voire des accès quasiment inaccessibles », explique Pierre Fairbank, éducateur sportif à la province Sud et athlète handisport aux multiples médailles olympiques et mondiales. Pour lui : « Il faut un aménagement spécifique qui s’intègre dans la nature tout en la préservant, qui tienne compte des spécificités de l’enrochement, du cours d’eau et qui prend en compte les problématiques de mobilité des personnes en situation de handicap, comme l’espace dédié aux fauteuils par exemple. »

C’est en tenant compte de toutes les contraintes liées à l’aménagement d’une rampe d’accès à la rivière que la province Sud vient de construire, la première structure de ce type en Nouvelle-Calédonie, au Parc Provincial de la Rivière Bleue, à l’aire « Au bon secours ». Situé seulement 8 km après l’entrée du parc, l’aménagement comprend une dalle en béton pour un parking dédié aux personnes en situation de handicap et une rampe en bois pour accéder aisément en fauteuil à la rivière avec une inclinaison et des maintiens spécifiques.

Lucas Pelletan, 22 ans, a eu la chance de tester le nouvel aménagement : « C’est génial pour nous les jeunes handicapés. Enfin, je vais pouvoir nager dans une rivière. Incroyable ! Et de rajouter, c’est une activité, un loisir un véritable espace qui s’ouvre. Je vais pouvoir amener ici ma famille, en pleine nature, et nager dans cette eau cristalline du grand Sud. C’est magique ! »

Pour accompagner cette rampe d’accès à la rivière, la province Sud avait déjà équipée l’aire « Au bon secours », de sanitaires avec une rampe PMR (personnes à mobilité réduites) qui se trouve à une quarantaine de mètres. La collectivité ayant prévu de construire, d’ici la fin de l’année, un faré dédié aux personnes en situation de handicap sur la zone.

Le premier aménagement d’accès à la rivière pour les personnes en situation de handicap et à mobilité réduite aura couté 2,2 millions de francs. Financés à 80% par une subvention d’équipement du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et 20 % par la province Sud.