La province aux côtés d’Initiative NC pour oser l’entrepreneuriat au féminin

Avec le soutien de la province Sud, Initiative NC a lancé en juillet dernier, en marge du Women’s Forum, son parcours « Entreprendre au féminin ». 11 lauréates ont ainsi suivi des ateliers et travaillé sur leur projet, afin de lancer ou de développer leur entreprise. Jeudi dernier, à l’occasion de la clôture du programme, les candidates ont pu présenter leur projet, déjà pour certaines plus ou moins concrétisé.


« Je viens d’un endroit où on n’a pas l’habitude d’oser. Mais maintenant que je me suis lancée, je continuerai ! ». Oricya Sione, qui a créé son entreprise de décoration événementielle, n’est pas la seule. « Seulement 30 % des femmes passent le cap de l’entrepreneuriat. Pour des raisons multiples, notamment culturelles, elles doutent de leurs capacités à entreprendre », annonçait en ouverture de cérémonie Dominique Laulom, président d’Initiative NC. En effet, jeudi soir, l’association, qui accompagne les porteurs de projets entrepreneuriaux depuis 15 ans, clôturait la première édition d’Entreprendre au féminin. Un véritable succès pour ce programme inédit, avec 124 candidatures et 11 lauréates.

Pour Stéphanie Coulon (au centre, entre le président et la directrice d’Initiative NC), « il y a un avant et un après Entreprendre au féminin ».

Audace, pérennité et culture entrepreneuriale

Lancé à l’occasion du Women’s forum organisé par la province Sud, ce programme d’Initiative NC est soutenu par la collectivité et d’autres partenaires privés. Il propose 12 jours de formation répartis sur 6 mois et centrés autour du développement personnel pour booster la confiance et l’audace, d’un travail de fond sur le projet afin de l’inscrire dans la réalité et la durée, et de l’appropriation d’un état d’esprit entrepreneurial. Stéphanie Coulon, qui ressentait le besoin d’être accompagnée sur son projet de production audio, a témoigné : « Mon entreprise était déjà lancée, mais j’étais perdue. Ce parcours m’a permis de ‟remplir le costume” d’entrepreneure. Maintenant, j’assume ! ».
Comme pour ses autres parcours, l’objectif d’Initiative NC consiste à accompagner les participantes jusqu’à la concrétisation (ou non) de leur projet. « Une majorité d’entre elles ont créé une entreprise, avec ou sans financement, a expliqué Maud Jauffrais, conseillère entreprise chez Initiative NC. Elles bénéficieront également d’un suivi d’Initiative NC pendant 3 ans. Quelques-unes questionnent encore leur projet ou ne peuvent pas se lancer aujourd’hui. Mais l’expérience a été bénéfique pour toutes ! »

Avec sa marque Rauze, Aude Bessières crée des maillots de bain en matière recyclée.

Émotions et concrétisations

Stylisme, agriculture, commerce, conseil, audiovisuel, centre de yoga… Chaque projet est unique. Mais à travers ce programme, les participantes ont partagé le même souhait d’être coachées et de bénéficier d’outils et d’accompagnement. Elles semblent y avoir trouvé bien plus : lorsque chacune, est venue recevoir son attestation des mains du président de l’association, elle a partagé avec l’assemblée le chemin parcouru. Mathilde Maurer, Consultante en douane et approvisionnement, a acquis méthode et motivation : « J’avais plein d’idées mais je ne savais pas par quoi commencer. Le fait d’être lauréate du parcours, ça a été comme une petite tape dans le dos qui signifie ‟ vas-y ! ” ». Pour Pascale Smith, l’expérience a été intense et, à 58 ans, elle lui a ouvert des portes qu’elle n’aurait jamais osé franchir seule. Elodie Eschenbrenner, future cultivatrice de vanille, avait pour sa part besoin de se sentir accompagnée dans son projet évolutif. Quant à Oricya Sione, elle a résumé en quelques mots : « Ce parcours a apporté une nouvelle dimension à mon projet mais également à ma façon d’être ! ». Au final, toutes portent le même message : « Osez, malgré les doutes. Vous ne le regretterez pas. »

Envolées les craintes de sauter le pas, d’être seule aux manettes, de s’affirmer ou de monter un business plan, les participantes ont sauté le pas pour faire avancer leur projet comme c’est le cas de Mathilde Maurer.

Les profils sont très divers et les projets aussi, pourtant du lien s’est créé au fur et à mesure du parcours. À l’heure des remerciements, toutes ont eu une pensée pour leurs pairs et l’équipe qui les a accompagnées.