6 tonnes de déchets dangereux collectées ce weekend par la province Sud

Retour sur ce 5e weekend de collecte de déchets dangereux : grâce à cette campagne initiée par la Province, les Nouméens ont pu déposer leurs vieux pots de peinture, solvants, produits chimiques et objets souillés, pour qu’ils soient traités de manière sécurisée. Engagés dans le schéma provincial de prévention et de gestion des déchets, Philippe Blaise, 1er vice-président de la province Sud, et Françoise Suve, élue et rapporteur de la commission environnement, étaient sur le terrain pour dialoguer avec les usagers et évoquer l’importance de la mise en place de filières de traitement et de valorisation.


Dès l’ouverture à 8h samedi 12 mars, les Nouméens étaient au rendez-vous à la pépinière municipale du 7e kilomètre pour se débarrasser gratuitement des déchets dangereux qui encombrent leur garage : « On ne sait pas où s’en débarrasser puisqu’ils ne sont pas acceptés en déchetterie. Donc on les met de côté en attendant ce type d’opération », expliquait un usager à Philippe Blaise et Françoise Suve avant d’ajouter qu’il serait intéressant de « pérenniser ce dispositif et peut-être même, selon la demande, le reconduire deux ou trois fois par an ».

Une initiative provinciale pour un traitement sécurisé

Cette campagne de collectes, menée depuis novembre avec le soutien financier du gouvernement et en partenariat avec les mairies, les syndicats intercommunaux et l’opérateur de traitement, prend place dans différentes communes de province Sud. Elle propose ainsi aux particuliers une solution pour se débarrasser de leurs déchets dangereux. Car n’oublions pas que ces produits chimiques usagés sont polluants et peuvent constituer un danger pour la santé et l’environnement ; les jeter à la poubelle compromet la valorisation des autres déchets et les vider dans les canalisations s’avère très néfaste pour le milieu naturel et l’épuration de l’eau. Ils nécessitent une collecte spécifique et séparée pour bénéficier d’un traitement sécurisé, c’est la raison pour laquelle la province Sud a mis en place cette campagne. Comme le précise Philippe Blaise, « La province Sud dispose de la compétence réglementaire mais ce sont les mairies qui sont chargées de la gestion opérationnelle et qui la délèguent aux syndicats intercommunaux. La coordination de la stratégie déchets entre les différents acteurs est donc essentielle et nous avançons aujourd’hui dans le bon sens ».

Philippe Blaise et Françoise Suve, aux côtés de l’équipe en charge de la collecte.

Vers une structuration des filières de traitement et de valorisation

 Cette campagne de collectes permet d’éliminer les stocks historiques, mais aussi de qualifier les besoins et types de déchets en vue d’une structuration de la filière, comme l’explique Françoise Suve : « Nous cherchons aujourd’hui à caractériser les types de déchets conservés par les particuliers. Il existe des données mais nous devons les rapprocher de la réalité. Ainsi nous pourrons cibler au mieux le dispositif à mettre en place. »  Ces opérations-pilotes sont lancées par la Province en parallèle de son travail sur la réglementation et l’émergence de filières de valorisation. Car l’élue insiste : « Le déchet ne représente pas une valeur zéro », il s’agit d’une ressource valorisable par la réutilisation, le réemploi, le recyclage… « Ainsi, avec les déchets, il existe de vrais gisements économiques en Nouvelle-Calédonie. Ce n’est pas le nickel, mais il ne faut pas perdre de vue que le recyclage de déchets est dans le monde une vraie industrie avec une véritable plus-value économique », rappelle Françoise Suve. Dans la réflexion menée sur ces filières, deux types de solutions sont envisagées selon les équipements disponibles sur le territoire et la taille du marché : soit l’export, soit une solution de valorisation locale, si le projet est économiquement viable et porteur. « Car, poursuit l’élue, au-delà de l’objectif environnemental, l’idée est bien de pérenniser la filière, tout en créant des entreprises et des emplois. Cette économie sociale et solidaire est en route, mais elle nécessite un vrai portage politique et une structuration de ses filières de proximité. »

 

Les prochains points de collecte :

  • Païta, parking de l’Arène du Sud, les 19 et 20 mars
  • Mont-Dore, parking du marché municipal, les 26 et 27 mars

Plus d’info sur les campagnes de collecte de la province Sud : https://www.province-sud.nc/gestion-dechets