Les subventions de la semaine

Le Bureau de l’assemblée de la province Sud s’est réuni le mardi 8 février. Lors de cette réunion, l’exécutif provincial a accordé des subventions en faveur de l’enseignement, du social et de l’urbanisme (photos d’archives).


Enseignement

  • Les 21 collèges publics de province Sud vont recevoir une dotation d’équipement pour l’année 2022 s’élevant au total à 122 850 000 F. Depuis 2021, la répartition de cette somme a été ajustée pour répondre au mieux aux besoins des établissements : cette dotation est attribuée à chacun au prorata de la surface de ses locaux et du nombre d’élèves en enseignement général et spécialisé.
  • La direction diocésaine de l’école catholique (DDEC) va recevoir une dotation de fonctionnement de 266 140 438 F pour le premier trimestre 2022. Le montant de la dotation pour le second trimestre sera ajusté aux effectifs publiés par le Vice-rectorat en mars prochain.
  • Les 141 bacheliers domiciliés en province Sud ayant obtenu une mention très bien au baccalauréat 2021 recevront une récompense de 30 000 F, conformément à la volonté provinciale de valoriser l’excellence et la réussite scolaire. Cette récompense s’élève au total à 4 230 000 F pour cette session.

Social

  • L’association l’Accueil reçoit une subvention de fonctionnement de 83 500 000 F, au titre de l’année 2022. Cette aide vise à soutenir l’association, qui gère 3 établissements destinés à l’accueil des personnes sans domicile fixe : le centre d’accueil Macadam, le foyer d’hébergement « Cécile Péronnet » et le foyer d’hébergement « Les Massanes ». En parallèle, l’association met en œuvre le chantier d’insertion « Les Jardins de la Solidarités, qui propose à travers le travail de la terre, la reprise progressive d’une activité qui permet aux personnes de retrouver confiance en leurs capacités et de travailler autour des savoir être et savoirs faire.

Urbanisme

  • La commune de la Foa va recevoir une subvention de 7 000 000 F, destinée à la définition de l’assistance à maîtrise d’ouvrage pour la révision de son plan d’urbanisme directeur (PUD) et l’évaluation environnementale. Cette somme fixe permettra de financer une partie des études nécessaires, tandis qu’une part variable d’1 000 000 F, en fonction de l’implication de la commune dans une démarche de concertation et d’information du public.