La province Sud, première collectivité pour l’investissement

Ce mercredi matin, les élus de l’assemblée de la province Sud ont voté sans opposition, et avec même le soutien des indépendantistes, le budget primitif 2022 qui affiche la volonté de l’Exécutif de poursuivre ses engagements forts en faveur de la sécurité des administrés, du développement des communes, du soutien à l’économie, de la jeunesse et de la santé. Un budget qui se veut volontariste, et qui, malgré des limites atteintes, ose l’impossible.


Malgré la succession de crise sanitaire, économique et sociale, et une situation budgétaire contrainte par une clé de répartition figée, la nouvelle mandature n’a cessé de redoubler d’efforts pour « favoriser une relance économique portée par des engagements forts et de grands projets » comme le précise Philippe Blaise, le premier vice-président de la province Sud, avant d’ajouter : « En 2021, ça avait déjà été très compliqué parce qu’on nous avait annoncé 98 milliards, ce qui était très bas pour construire notre budget primitif. Cependant, nous avons eu la bonne surprise d’avoir une aide exceptionnelle de l’Etat de 7.6 milliards, ce qui a permis de maintenir l’assiette à 110 milliards. Cette année on revient au point de départ, avec une annonce de 103 milliards. Nous avons donc construit notre budget primitif 2022 sur cette base avec la volonté de maintenir nos investissements prioritaires. »

« On ne pourra pas faire sans l’Etat. »

Philippe Blaise a tenu à souligner le rôle essentiel de l’Etat dont le soutien permet la réalisation de projets prioritaires parmi lesquels : le foyer de réétayage de Néméara à Bourail, le déploiement dans les collèges du cartable numérique, l’achèvement de la sécurisation des 21 collèges, le doublement de voie et la sécurisation de l’échangeur Paita Nord, l’écopole recyclerie à Ducos, les travaux de résidentialisation à Nouméa, aux Tours de Magenta et Dumbéa-sur-mer ou encore l’internat pour la réussite à Dumbéa-sur-mer. Parmi les opérations phares soutenues à 75% par l’Etat, se distingue notamment le projet provincial « Habile » en faveur du « développement économique et social des quartiers sensibles » comme l’explique Philippe Blaise. Avec le soutien de l’Etat, le premier vice-président « espère mettre également en place des chantiers d’insertion dans ces quartiers où il y a une jeunesse qui a besoin que l’on s’occupe d’elle et qui a besoin que l’on aide à revenir sur le marché du travail. Cette mandature est déterminée à ne laisser personne sur le bord du chemin » a-t-il martelé.

La province Sud engagée pour le bien-être et la réussite de sa jeunesse

Lors de cette assemblée, les élus provinciaux ont également adopté la stratégie provinciale en faveur de la jeunesse pour la période de 2022-2025. Cette stratégie répond à un objectif global pour « Améliorer les conditions d’autonomisation des jeunes » et « permettre de clarifier et harmoniser les 73 dispositifs existants en faveur de la jeunesse pour apporter plus de lisibilité et de cohérence aux actions provinciales » a souligné Gil Brial, le deuxième vice-président en charge de l’éducation.

Cette stratégie implique quatre axes forts :

  1. Protéger les jeunes : Pour veiller sur leur condition physique, morale et affective, notamment par une prise en charge adaptée au sein des centres médico-sociaux, la mise en place d’actions de prévention sanitaires ou de mesures d’actions éducatives, sportives et culturelles adaptées.
  2. Accompagner les jeunes dans leurs parcours de réussite via les bourses, les prix, les aides à l’investissement et à l’emploi, le DISPPAP, les dispositifs d’excellence (internats d’excellence, internat pour la réussite à Dumbéa-sur-mer), ou encore le passeport premier logement.
  3. Contribuer à l’épanouissement et l’engagement citoyen des jeunes, notamment par la création du premier foyer pour mineurs délinquants de Néméara à Bourail, par les chantiers d’insertion ou encore le service civique.
  4. Adapter les actions en fonction des besoins de chacun afin de proposer un accompagnement adapté à chaque jeune et à ses parents pour leur permettre de s’approprier leur histoire et leurs cultures.

À travers ce budget primitif 2022, le premier vice-président a enfin souligné qu’en maintenant ses efforts en matière d’investissement, « la province Sud est aujourd’hui la collectivité qui soutient le plus l’économie calédonienne à travers l’investissement. Nous avons clôturé 2021 à 10.8 milliards et nous inscrivons 11.7 milliards pour 2022. C’est deux fois plus que ce que fait le gouvernement aujourd’hui dont les investissements sont tombés à 6 milliards. On ne peut que s’en satisfaire. »