Une rentrée en toute sécurité pour les élèves de l’école Les Scheffleras

L’école Les Scheffleras a accueilli ce lundi matin ses 251 élèves dans de bonnes conditions de sécurité. Gil Brial, le deuxième vice-président de l’assemblée de la Province est venu constater l’avancée des travaux réalisés par l’équipe technique de la mairie de Païta après l’incendie survenu le 28 juillet dernier.


À première vue, c’est une rentrée presque comme les autres à l’école Les Scheffleras à Païta. « Tout a été fait pour que la sécurité des élèves soit assurée », affirme soulagée Joy Laigle, la directrice de l’établissement. Pourtant, presqu’un mois après l’incendie qui a détruit intégralement le bureau de la directrice et endommagé la salle des maîtres et la salle informatique, ainsi que le local électrique, l’odeur de suie est encore bien présente. Les parties du bâtiment endommagées ont été recouvertes de bâche noir. Et en attendant la fin des travaux prévue dans deux mois, deux algecos ont été installés provisoirement pour servir de salle des maîtres et de bureau pour la directrice. « Les 15 ordinateurs de la salle informatique ont été détruits, ainsi que tous les livres de la bibliothèque. », ajoute Joy Laigle. Mais c’est un moindre mal selon elle car « le reste peut être assuré et c’est le plus important. » La mairie a estimé les pertes (bâtiment, mobilier, ordinateurs et fournitures scolaires) à 20 millions de francs.

Gil Brial a profité de cette rentrée pour venir voir l’avancement des travaux de l’école, qui rappelons-le, sont de la compétence de la commune. L’élu a précisé que la Province a déjà accordé une subvention de 200 000 F pour les fournitures et les petits équipements. « Cette semaine, nous avons rendez-vous avec la mairie de Païta pour voir comment la Province peut cette fois accompagner financièrement pour reconstruire rapidement la salle informatique et la bibliothèque », a-t-il annoncé.

Ce n’est malheureusement pas la première fois que l’école Les Scheffleras est victime d’incendie volontaire, de cambriolage et de dégradation, le deuxième vice-président veut apporter son soutien à l’équipe pédagogique. « C’est toujours compliqué quand vous avez ce genre d’événement, c’est important pour la Province de venir soutenir à la fois son personnel et encourager les élèves qui, ce matin, avaient le sourire et c’est ce qui compte ! »