Le pont de Dogny reconstruit. Un projet symbolique du vivre ensemble

L’inauguration du pont de Dogny à La Foa s’est déroulée ce vendredi. Un évènement qui signe la fin d’une insécurité quotidienne des habitants des tribus de Oui-poin et Koindé. Hautement symbolique, cette inauguration a réuni Sonia Backes, la présidente de l’assemblée de la province Sud, le secrétaire général du Haut-commissariat, le député de la 2e circonscription, le maire de la commune et les chefs coutumiers de la région autour d’un projet en faveur du vivre-ensemble et soutenu par l’État (34%), la province Sud (40%) et la mairie de La Foa (26 %).


Entourée du secrétaire général du Haut-commissariat, Rémy Bastille, du député de la 2e circonscription, Philippe Gomès, du maire de La Foa, Nicolas Metzdorf, des élus provinciaux, Brieuc Frogier, Lionnel Brinon et Nina Julié, Sonia Backes a tenu à souligner la « symbolique forte, celle du vivre-ensemble puisqu’il réunit aujourd’hui les autorités coutumières, le représentant de l’État, le député, le maire, les élus, les différentes institutions et les tribus. » Un nouveau pont qui permet « aux habitants de gérer les urgences et de rejoindre le village » a précisé la présidente de la Province.

Le maire de la commune, Nicolas Metzdorf a souligné pour sa part, « qu’au-delà des appartenances politiques, il y a cette volonté commune de servir la population calédonienne où qu’elle se trouve et même dans les coins les plus reculés. » Désormais refait à neuf, le pont sécurisé représente un « soulagement » pour les habitants des tribus a ajouté Calixte Némouaré, le chef de la tribu de Koindé.

L’inauguration a été suivie d’un repas et d’une coutume à la tribu de Oui-Poin, où les mamans, les enfants et les chefs coutumiers ont tenu à accueillir et à remercier les acteurs de ce projet qui s’inscrit dans le cadre du contrat de développement, Etat-Province Sud et commune. À ce titre, les coutumiers ont tenu à « remercier l’État, la province Sud, la mairie de la Foa et les instances administratives d’avoir pu trouver le budget pour reconstruire ce pont, sans oublier les petites mains qui ont œuvré pour réaliser le chantier ».

Cet investissement de 80 millions de francs peut assurer les habitants des tribus de Oui-Poin et Koindé du soutien renouvelé de l’État, de la Province et de la mairie, qui ont eu à cœur d’œuvrer pour leur bien-être et leur sécurité.