L’Ehpad de Tina ouvre ses portes

Ce lundi, la Résidence Tina accueille ses 22 premiers occupants. Plus qu’une maison de retraite, l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes est une véritable résidence hôtelière accueillante qui offre au public fragilisé et/ou handicapé, la possibilité de vieillir dans des conditions optimales. Parmi les représentants des différentes institutions et partenaires présents, à son inauguration, Philippe Blaise, le premier vice-président de l’assemblée de la province Sud, convié par Muriel Malfar-Pauga, la présidente de la SEM Agglo et élue provinciale, a salué « ce bel exemple de réussite qui répond à un réel besoin ».


Situé rue Louis Lagarde, dans un quartier résidentiel de Nouméa, l’Ehpad baptisé Résidence Tina accueille depuis ce lundi ces 22 premiers occupants. L’établissement compte 70 lits répartis en 5 unités dont 1 unité protégée pour les personnes atteintes d’alzheimer et 1 pour les personnes handicapées vieillissantes. À cela s’ajoutent un pôle de soin (cabinets médicaux, pharmacie, kiné, balnéo, espace snoezelen) et un pôle de services dont la restauration.

Ce projet lancé il y a six ans répond à un réel besoin souligne Philippe Blaise : « Il y a actuellement un Calédonien sur huit âgé de plus de 60 ans. Dans 10 ans, ça sera un Calédonien sur cinq. Nous voyons l’ampleur du défi qui nous attend. Il y a un manque cruel d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes. » D’autant plus, qu’il n’existe pour l’heure que 11 établissements de ce type en province Sud et aucun en province Nord et province des Îles.

Inauguration de l’Ehpad de Tina, en présence de tous les acteurs et partenaires du projet

Cet établissement pour personnes âgées dépendantes « n’aurait pas pu voir le jour sans l’appui d’acteurs clés, ajoute Muriel Malfar-Pauga. En premier lieu, la mairie de Nouméa qui a mis à disposition le terrain. La Nouvelle-Calédonie qui a permis la défiscalisation, l’Agence Française de Développement qui a financé le projet, la province Sud qui a garanti le prêt et participe à l’aide financière pour les résidents, la SEM Agglo, le bailleur de logements aidés, et enfin la mutuelle du Bien Vieillir, gestionnaire et exploitant de cet Ehpad. »

Le partenariat entre la SEM Agglo, véritable outil public de l’habitat de la province Sud et la Mutuelle du Bien Vieillir est non seulement le gage d’une exploitation maîtrisée des fonds publics, mais aussi l’opportunité de disposer d’un établissement pro-actif dans le champ de l’innovation sociale en faveur des personnes âgées.

Il est à noter que cet Ehpad est la première structure privée/publique et para-publique en Nouvelle-Calédonie. « C’est une première qui va, je l’espère, donner des idées pour d’autres projets similaires. De plus, dans le cadre de la Résidence de Tina, 40 professionnels seront recrutés à terme, ce qui va créer des emplois. Il est de la responsabilité de la Province de porter des projets qui vont dans le sens de l’intérêt général. C’est pourquoi, il est important pour nous d’être présent pour soutenir ces initiatives », précise Philippe Blaise.

Muriel Malfar-Pauga visite une  des chambres de la Résidence Tina.