En route vers la mobilité durable en province Sud

Covoiturage, promotion des modes de transports doux, télétravail, mais aussi dématérialisation des services administratifs et aménagement des voiries… Depuis plusieurs années, la province Sud sest engagée dans une démarche de mobilité durable, d’une part en mettant en place un plan de déplacement d’administration, et d’autre part, en œuvrant pour promouvoir les modes de transport alternatifs.


Avec 182 341 habitants, Nouméa et son agglomération concentrent près de 67 % de la population totale de la Nouvelle-Calédonie. Dans cette configuration, les enjeux liés à l’urbanisation et à son développement imposent à la collectivité d’œuvrer dans une démarche active pour réduire des émissions de gaz à effet de serre. C’est dans cette vision qu’elle a mis en place une véritable stratégie de mobilité durable. Avec d’un côté la mise en place d’un plan de déplacement d’administration en interne, et de l’autre, l’aménagement de la voirie pour favoriser les modes doux, en externe. Olivia Lepley-Cullell, chargée d’études transport à la province Sud souligne : « 15 % de nos émissions de gaz à effet de serre sont dues aux transports. À cela, s’ajoute l’engorgement à l’entrée de Nouméa. Il était nécessaire pour la collectivité d’agir pour promouvoir l’écomobilité et rationaliser les déplacements. »

Découverte du Néobus pour les agents de la province Sud.

La première collectivité engagée dans l’écomobilité

Depuis 2018, la province Sud a instauré un plan de déplacement d’administration. Plusieurs actions découlent de ce plan notamment le « verdissement » de la flotte de véhicules de service avec l’achat de véhicules hybrides et de véhicules électriques. Olivia Lepley-Cullell explique : « Lobjectif est de remplacer au fur et à mesure les véhicules thermiques par des véhicules électriques. Sans oublier, la mise à disposition de vélos à assistance électrique pour les déplacements professionnels des agents. »

Mais comme « le meilleur déplacement, est celui qu’on ne fait pas », la Province a déployé plusieurs dispositifs pour proposer à ses agents une nouvelle organisation de travail. « La crise sanitaire et le confinement ont accéléré la mise en place du télétravail pour les agents de la collectivité. La province Sud est d’ailleurs la première collectivité à avoir mis en place ce dispositif sur le territoire. Cette organisation du travail est aujourd’hui bien encadrée par la DRH. Près d’une centaine d’agents en bénéficient. »

D’autres initiatives comme l’aménagement de salles de visioconférence ou encore les espaces de coworking sont des alternatives pour limiter les déplacements. « Nous avons trois espaces de coworking dont un au niveau de la Subdivision Sud, dans les anciens bureaux de la savexpress à Koutio. Celui-ci présente les mêmes conditions de travail qu’au bureau. Il est utilisé par les agents qui résident sur Dumbéa pour réduire leur temps de trajet domicile-travail. Les deux autres situés à Nouméa et à La Foa permettent à nos agents de travailler lorsqu’ils sont en déplacement. »

La Province relaie également en interne les campagnes de sensibilisation nationales, telles que la semaine de la mobilité, les journées vélo, ou encore dernièrement la campagne Mai à vélo.

Challenge écomobilité au sein de l’administration provinciale

Une politique volontariste d’aménagement de la voirie

Au niveau externe, la province Sud a élaboré un schéma des modes actifs à l’échelle des voiries provinciales pour favoriser les modes actifs (marche, vélo). Dans ce cadre-là, elle a été lauréate en 2020 de trois appels à projets lancés par le ministère de la transition écologique, pour l’aménagement de discontinuités cyclables sur le réseau provincial. C’est le projet d’aménagement pour modes actifs sur la RP14 entre la rue Martinet et le giratoire « Aérodrome ». C’est aussi celui du comblement d’une discontinuité entre les quartiers de RivièreSalée et Ducos. Ou encore celui de la piste cyclable de la Voie de Dégagement Est (VDE) entre le giratoire d’Almameto et l’ancienne gare de péage de Tina.

En parallèle, la Province participe au financement de la mise en œuvre du réseau de transports Tanéo, via une subvention annuelle accordée au Syndicat Mixte des Transports Urbains du Grand Nouméa (SMTU) à hauteur de 700 millions de francs.

La dématérialisation de ses services administratifs et le développement de l’e-administration avec ce slogan « Dites-le nous une fois » participe à l’effort d’économie de déplacement pour les usagers.

Malgré tout, la voiture reste sacrée pour les Calédoniens même si la prise de conscience est là. Olivia Lepley-Cullell conclut : « L’objectif plus large de ces actions est d’entamer une réflexion sur nos déplacements. La pratique de l’écomobilité peut commencer par le covoiturage avec un collègue-voisin, une à deux fois par semaine, ou bien le vélo en groupe. Les actions mises en place par la Province ont permis pour certains agents de franchir le pas et c’est déjà une victoire en soi ! »