La province Sud redresse ses finances et lance son plan de développement stratégique

En amont de l’assemblée de province, Philippe Blaise et Gil Brial, les vice-présidents de l’assemblée de la province Sud ont présenté ce mardi, trois projets phares qui seront soumis au vote des élus demain matin. À commencer par une bonne nouvelle : le compte administratif 2020 qui affiche pour la première fois depuis deux ans une augmentation de l’épargne brute. Les deux autres projets concernent :  le lancement du plan stratégique provincial et le soutien au développement économique.


« J’ai le plaisir de vous annoncer que le compte administratif de la province Sud 2020 est excellent ! », déclare avec satisfaction Philippe Blaise. Et il poursuit : « Il est le reflet des efforts que nous avons mis en place pour redresser la barre, mettre un terme à la dégradation des finances de la collectivité qui étaient l’héritage que nous avait laissé la précédente mandature. Nous avons réussi grâce aux efforts entrepris, sur la masse salariale de façon nette et spectaculaire. »

Le premier vice-président résume ainsi ce qu’il faut retenir du compte administratif 2020 : « Entre 2018 et 2019, notre capacité d’épargner s’était effondrée, passant de 8 % à 4 %, nous avons réussi à la rétablir à 13 %, c’est une excellente nouvelle pour la Province. Cela veut dire qu’on va pouvoir honorer nos engagements en matière de soutien à l’investissement. »

Les efforts de restriction budgétaire ont payé !

Autre bonne nouvelle poursuit ce dernier : « J’en profite pour annoncer que la province Sud est la collectivité qui va porter le plus gros effort d’investissement public. Notre capacité d’investissement va être de 9 à 10 milliards de francs. »

Bien sûr, ce résultat est le fruit d’efforts de gestion constants consent-il : « C’est le fruit de la rigueur que nous avons mis en place en restreignant les interventions et subventions. C’est-à-dire qu’à chaque fois que nous avons octroyé des aides, elles étaient examinées à la loupe en fonction de la situation financière de chaque association.  Nous avons pu ainsi baisser la voilure sans pour autant porter atteinte à la continuité des aides. »

Autre point important : le contrôle de la masse salariale. « Nous avons réussi à diminuer de 80 postes les effectifs de la Province, non pas par des suppressions mais par le non-remplacement de personnes parties à la retraite ou ayant quitté la collectivité. Cela a été accompagné d’une restructuration des directions provinciales. Ce qui nous permet de continuer à exercer nos missions mais en ayant des dépenses moins importantes. »

Autre indicateur rassurant pour l’avenir de la Province, il s’agit du fonds de roulement. « Ce dernier avait atteint un minimum historique, puisque nous étions tombés entre 2018 et 2019 de 24 jours à 9 jours de fonds de roulement, ce qui était extrêmement inquiétant. Nous sommes remontés en 2020 à 32 jours. »

Des efforts qui ont permis à la Province de dégager des marges de manœuvre pour soutenir les entreprises calédoniennes pendant la crise sanitaire de la Covid-19. « Malgré les efforts sur le fonctionnement, la Province a réussi à dégager 1 milliard de francs pour les aides exceptionnelles dans son budget d’investissement, ce qui a permis de sauver des milliers d’emplois et des entreprises. »

La feuille de route pour les années à venir

Les finances redressées, la Province veut désormais se projeter vers l’avenir. « Nous avons travaillé avec l’administration sur un projet stratégique « Vision Sud » pour l’amélioration du cadre de vie des Calédoniens », a annoncé Gil Brial. L’objectif est de mettre en pratique le programme politique qui nous a permis d’être élus. Nous avons voulu que ce plan soit plus pragmatique et concret que le précédent. Nous avons décliné notre feuille de route autour de 14 objectifs stratégiques et une cinquantaine d’objectifs opérationnels. »

Ce plan, met en exergue l’ambition de la collectivité et affirme ses priorités en matière de développement, aussi bien économique, touristique, qu’en termes d’épanouissement de la personne, de la transition écologique et numérique. Consulter  les 14 objectifs stratégiques

Des accompagnements ciblés pour le développement économique

Dans le domaine de l’économie, la collectivité veut concentrer ses actions de soutien au profit des publics et secteurs où elles ont véritablement un sens.

« Il y a des publics qui, sans aide de la province Sud, ne pourraient pas réaliser leur projet et monter leur entreprise, souligne Philippe Blaise. Ces publics, nous les connaissons, ce sont les jeunes, les diplômés, ceux qui sont partis faire de brillantes études en métropole, ou ceux qui, localement veulent monter des start-up. Ce sont aussi les jeunes artisans qui veulent se lancer. Nous souhaitons au travers de cette stratégie mettre en place tout un panel d’outils destinés à les aider à monter leurs entreprises pour ainsi contribuer au développement économique et à la diversification de notre économie. »

Ce soutien repose sur trois facteurs clés : la valorisation du capital humain, l’appui aux porteurs de projets et le soutien aux entreprises et enfin l’attribution d’aides financières ciblées pour les créateurs d’entreprises.

« Nous n’avons pas la vocation d’être capitaine d’industrie, ou de faire du business à la place des privés. Notre rôle est d’aider les personnes qui ont des projets à les mettre en œuvre. Nous sommes là pour soutenir ceux qui ont du mal à rentrer sur le marché du travail mais aussi pour diversifier l’offre. C’est ainsi que nous pouvons être une vraie valeur ajoutée. »