Visite des écoles d’accueil pour les enfants des personnels prioritaires

Gil Brial, le deuxième vice-président de l’assemblée de la province Sud accompagné de Marie-Jo Barbier, la présidente de la commission de l’enseignement se sont rendus ce mercredi matin dans trois écoles de l’agglomération : Hélène-Chaniel au Mont-Dore, Louise-de-Greslan à Dumbéa et Jean-Baptiste-Gustin à Païta. Cette visite organisée conjointement avec les communes concernées a permis de s’assurer que les enfants des personnels des professions prioritaires sont accueillis dans de bonnes conditions de sécurité sanitaire.


Tout de suite après l’annonce de cas de Covid-19 en provenance de Wallis-et-Futuna, la province Sud a réagi en conséquence pour assurer la continuité des enseignements durant la période de confinement. « Dès dimanche après-midi, nous avons communiqué à la fois sur la fermeture des écoles et sur la mise en place de la continuité pédagogique, indique Gil Brial. Lundi, nous avons organisé avec les communes, l’accueil des enfants des personnels prioritaires dans 5 écoles (2 à Nouméa et 3 dans l’agglomération). »

C’est ainsi, qu’« à partir de lundi, les parents ont pu venir récupérer les documents et les informations sur la continuité pédagogique et mardi, les enfants des personnels prioritaires ont pu être accueillis avec toutes les dispositions sanitaires nécessaires à la lutte contre la Covid-19. »

Gil Brial en compagnie du maire de Dumbéa Georges Naturel et son adjoint.

Pour le deuxième vice-président de l’assemblée de la province Sud, ce déplacement aujourd’hui, dans les trois écoles de l’agglomération accueillant ces enfants était important, afin de s’assurer que tout se passe bien mais aussi pour soutenir les équipes.

« Nous avons fait le point pour savoir si après une journée d’ouverture nous disposons suffisamment de gel hydroalcoolique et de masques pour le personnel enseignant.  Nous avons également recensé les besoins spécifiques. Nous venons aussi soutenir nos équipes enseignantes ainsi que le personnel communal volontaire. C’est normal de montrer que nous les accompagnons dans cette démarche et les remercions pour leurs efforts. »

Seuls les enfants dont les deux parents font partie des professionnels prioritaires sont admis dans ces établissements scolaires. « Nous appelons les parents concernés pour leur dire que leurs enfants sont accueillis dans telle ou telle école. Le premier jour, les parents doivent montrer les deux attestations pour que nous soyons sûrs qu’il s’agit de personnels prioritaires », explique Ahmed Bouhaba, le directeur de l’Éducation à la province Sud (DES).

Cour de l’école Hélène-Chaniel

Une procédure bien rodée !

À première vue, c’est une cour d’école « presque » comme les autres, à part que les personnels enseignants et municipaux portent des masques, et qu’il y a beaucoup moins d’enfants afin de respecter la distanciation sociale. À l’entrée de l’école Hélène-Chaniel, tout le monde, petits et grands, doit se nettoyer les mains avec du gel hydroalcoolique. Les deux directrices provinciales mobilisées pour l’accueil des enfants des personnels prioritaires, veillent au strict respect du « protocole » mis en place.

« Tout le matériel qu’ils utilisent lors de leurs activités, est désinfecté. Ils se lavent les mains toutes les heures. À la cantine ils sont placés en distanciation », précise Cathy Paino, directrice du groupe scolaire de Yahoué mobilisée à l’école Hélène-Chaniel.

Même son de cloche à l’école Louise-de-Greslan à Dumbéa. « Nous expliquons aux enfants, qu’il ne faut pas toucher les copains à part les frères et sœurs car il y a beaucoup de fratries et nous essayons de les séparer au niveau des tables, ajoute Anne-Laure Benhacine, directrice de l’école Victorien-Bardou mobilisée à l’école De-Greslan.  Elle reconnaît que ce n’est pas toujours évident. C’est vrai qu’il y a des moments où nous ne pouvons pas éviter les regroupements, même si nous essayons au maximum de leur faire respecter la distanciation. »

Enfant accueilli à l’école Jean-Baptiste-Gustin, à Païta.

Depuis lundi la direction de l’Éducation de la province Sud est submergée d’appels et de sollicitations, mais avec l’expérience du confinement de l’an passé, le directeur Ahmed Bouhaba est plutôt serein. « Nous avons énormément de travail mais nous sommes bien organisés. Beaucoup de parents appellent parce qu’ils veulent inscrire leurs enfants alors qu’ils ne sont pas prioritaires. Nous devons réserver cet accueil pour les personnels prioritaires. »

À l’école Jean-Baptiste-Gustin à Païta, un seul enfant est accueilli ce mercredi, sur les six prévus. Une grande différence en nombre d’effectifs accueillis avec la commune de Nouméa dont les deux écoles : Frédéric-Surleau et Guy-Champmoreau reçoivent jusqu’à 70 enfants.

Pour Gil Brial, le bilan de ce deuxième jour est positif : « Ça se passe très bien, nous sommes sur des procédures qui ont été établies l’année dernière et sont reconduites cette année. Et aujourd’hui, tout s’enclenche bien parce qu’il y a eu ce travail fait en amont. »


Les parents qui font partie des personnels de professions prioritaires souhaitant un accueil de leur enfant doivent s’inscrire à l’adresse suivante : des.bureau-ecoles@province-sud.nc ou par téléphone au 20 49 05 aux heures ouvrables. Les deux parents devront remettre une attestation de leur employeur.