Face à la situation difficile du BTP, travailler en commun en province Sud

Depuis plus de 10 ans, le secteur du BTP connaît une crise sans précédent. Pénuries de chantiers, fermetures d’entreprises, licenciements, 5 milliards de pertes suite à la crise sanitaire…Face à l’urgence de la situation, Sonia Backes, la présidente de l’assemblée de la province Sud, Muriel Malfar-Pauga, présidente de la commission de l’habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire (HUAT) et Françoise Suve, élue provinciale membre de cette même commission, accompagnées du Secrétaire Général, Nicolas Pannier, ont reçu ce mardi 02 mars au Centre administratif de la province Sud, de très nombreux acteurs du BTP pour améliorer la compréhension de l’état des lieux du secteur. À cette occasion, une présentation a été faite des nombreux projets d’investissements des organismes de logements sociaux et de la province Sud, avec le soutien financier de l’État. Le but étant de soutenir ce secteur indispensable au développement de l’économie calédonienne.


Véritable moment d’échanges et de rencontres, cette réunion a permis aux acteurs et représentants du BTP d’obtenir « un maximum d’informations pour répondre à leurs questions sur les projets des collectivités » et de « faire part des difficultés rencontrées pour améliorer les choses et passer cette période difficile » a expliqué Sonia Backes. Pour soutenir la filière du BTP et l’économie calédonienne, la présidente a rappelé « la volonté de la collectivité de mener une politique d’investissement dynamique », en veillant notamment à « la réalisation des chantiers engagés en province Sud, à la qualité de l’achat public, au développement de l’allotissement et à la simplification des démarches administratives et des délais de paiement par le biais de la dématérialisation et de la transition numérique ».

Pour préserver un budget d’investissement dynamique à la province Sud à hauteur d’au moins 10 milliards, la présidente est revenue sur les choix « extrêmement contraignants » de cette mandature « qui pour préserver une fort niveau d’investissement a dû réduire de manière significative de l’ordre de 7% son fonctionnement au quotidien. » Des choix difficiles mais nécessaires pour garantir les interventions menées par la collectivité en faveur du développement du BTP.

Selon Muriel Malfar-Pauga, présidente de la commission de l’HUAT et de la SEM Agglo, il s’agissait de « faire un état des lieux en toute transparence », notamment grâce aux interventions de Sylvio Pontoni, Président du FCBTP ( Fédération calédonienne du BTP), José Aparisi, représentant de la Cellule Eco BTP, Divy Bartra, représentant de l’Agence Générale, ainsi que des bailleurs sociaux (SEM Agglo, FSH, SIC) qui ont pu partager « les difficultés, les attentes et besoins de chacun afin de trouver des solutions concrètes pour redynamiser le secteur du BTP » et de proposer un travail commun pour identifier les pistes d’améliorations.

Muriel Malfar, présidente de la commission de l’HUAT et de la SEM Agglo

Cette réunion aura permis de rappeler aux représentants du BTP que ce secteur peut compter sur le soutien direct de la province Sud et de sa commande publique, mais aussi au travers de l’aide qu’elle apporte aux organismes de logements sociaux ou aux communes pour garantir la survie d’une activité en difficulté (commandes et emplois) compte tenu du contexte économique et social que connaît la Nouvelle-Calédonie.