Conseil provincial de la prévention de la délinquance (CPPD) :  La province Sud agit pour la protection et la sécurité des Calédoniens.

À l’occasion du Conseil provincial de la prévention de la délinquance (CPPD) qui s’est réuni ce mercredi 17 février 2021 à l’hémicycle de la province Sud, Sonia Backes, la présidente de l’assemblée de la province Sud, Laurent Prévost, le Haut-commissaire et Yves Dupas, le procureur de la République, mais aussi les représentants des communes ou des partenaires associatifs ont établi un point d’étape encourageant sur les avancées des projets engagés visant à lutter efficacement contre l’abus d’alcool lié aux actes de violence et de délinquance. Retour sur ces mesures fortes en faveur de la protection et de la sécurité des administrées.


En Nouvelle-Calédonie, 80% des actes de violence et de délinquance sont commis sous les effets de l’alcool. Face à ce fléau, la présidente, aux côtés du Haut-commissaire et du procureur de la République, n’a pas manqué de relever « l’insécurité » qui « pollue la vie des Calédoniens » et a insisté sur la volonté de l’exécutif de trouver des solutions « concrètes », « innovantes » et « adaptées » aux Calédoniens.

 « Bottle shop », caméras de surveillance, auxiliaires de proximité, dispositif d’accompagnement des mineurs en situation d’errance…les dispositifs mis en place par la province Sud et les autorités judiciaires font de la délinquance juvénile et de l’abus d’alcool deux « priorités fortes » pour sécuriser et protéger la population comme l’a souligné la présidente. Yves Dupas, le procureur de la République, a ajouté que « la protection des mineurs et la responsabilisation des parents » sont des « secteurs déterminants » qui nécessitent « la mise en place d’actions concrètes » pour prévenir de la délinquance juvénile.

Le conseil provincial de la prévention de la délinquance (CPPD) réuni à l’Hémicycle de la province Sud

Laurent Prévost, le Haut-commissaire de la République, a tenu à saluer « la dimension partenariale » qui regroupe les communes, le tissu associatif, l’État, la province Sud, sans oublier les citoyens et l’ensemble des acteurs qui œuvrent pour garantir un « continuum de sécurité » sur le territoire.

Les actions engagées par la province Sud et l’État ont permis de « réduire le taux d’ivresse sur la voie publique » et de « limiter les activités liées au marché noir comme la vente de stupéfiants, ou du proxénétisme » comme le souligne la présidente, avant d’ajouter que : « La province Sud met énormément de moyens dans la prévention de la délinquance chez les mineurs et la responsabilisation des parents pour travailler sur les prochaines générations avec tout de même des effets immédiats sur les mineurs et les familles. L’idée est de générer des réactions et de faire réagir les parents, en leur faisant comprendre qu’un mineur n’a rien à faire dehors la nuit. »

Pour renforcer le suivi des mineurs en situation d’errance, la province Sud, en collaboration avec l’État, projette de créer courant 2022 sur le site de l’ex-foyer de Néméara à Bourail, un centre d’accueil s’adressant aux jeunes confiés par la justice afin de leur donner une seconde chance pour se reconstruire et envisager un projet scolaire ou professionnel par le biais d’activités culturelles, agricoles ou encore sportives.

>> 17/02/2020 – Dossier de presse : Conseil provincial de prévention de la délinquance <<