Retour assuré à Nouméa

Les 30 enfants et les trois animateurs d’une colonie des Villages de Magenta bloqués à l’île des Pins sont rentrés « à bon port ». À la demande de Sonia Backes, la présidente de l’assemblée de la province Sud, un avion et un hélicoptère ont été affrétés ce samedi 30 janvier, pour permettre leur rapatriement.


Après une semaine passée à l’Île des Pins, la colonie s’est retrouvée dans l’impossibilité, ce samedi de revenir sur la grande terre. Le retour initialement prévu avec le Betico a été annulé au dernier moment, le navire ayant dû être immobilisé en raison d’une nouvelle panne. Faute de pouvoir assurer la quantité de nourriture suffisante et dans l’impossibilité d’avoir un rapatriement ces prochains jours sur Air Calédonie, les responsables de l’association se sont donc tournés vers les institutions pour tenter de trouver une solution avant l’arrivée de la dépression prévue à partir de mardi. Comme l’explique Nadine Fontenelle, la coordinatrice des Villages de Magenta. « Une fois que nous avons eu l’information de notre non-retour, nous avons immédiatement contacté Aircal, qui nous a dit qu’il était impossible d’assurer un rapatriement rapide. Nous avons donc contacté le gouvernement, le cabinet de Gilbert Tyuienon en particulier qui a seulement pris en considération notre demande. Alors nous nous sommes tournés vers la province Sud et plus directement Sonia Backes qui s’est engagée personnellement à faire tout son possible. » Et d’ajouter, « cela n’a pas tardé, puisque les enfants ont été rapatriés ce samedi même avec en plus, la joie de faire le retour en avion ou en hélicoptère. »

Une réaction rapide

Devant l’inquiétude des familles et des membres de l’association, la présidente de l’assemblée de la province Sud a souhaité agir rapidement. Après avoir tenté de trouver une solution par la voie maritime, rendu impossible par l’état de la mer, pour rapatrier la colonie de vacances sur la grande terre, ce sont finalement Air Alizé et l’hélicoptère de la province Sud qui ont été dépéchés. Comme l’a souligné Sonia Backes, « La province soutien ses centres de vacances et c’était évident de tout mettre en œuvre pour trouver une solution rapide compte tenu du contexte. Car il fallait faire vite, pour les enfants tout d’abord, leurs parents inquiets et c’est naturel, mais aussi pour l’association Les villages de magenta et leurs encadrants. »

Les enfants, dont deux en situation de Handicap ont ainsi pu passer le week-end en famille à l’image de Léandre et Stéphane qui avoue : « c’était chouette de rentrer en hélico ou en petit avion. Le pilote nous a même fait de larges virages pour mieux voir la mer. C’était trop stylé ! C’est quand qu’on recommence ? » Des enfants qui en tout cas promettent de « garder ce souvenir dans un coin de leur mémoire » et qui dès lundi pourront retrouver le chemin, pour certains, des activités des centres de loisirs de la province Sud.