Préjugés : Et si on changeait nos regards ?

Que faire face aux préjugés et regards des autres ? Pour les affronter, il importe de comprendre les mécanismes qui se cachent derrière les stéréotypes. Une dizaine de personnes ont été invitées à échanger sur ce sujet mardi après-midi dans le cadre d’un atelier égalité entre les femmes et les hommes, organisé par la Mission à la Condition Féminine de la province Sud.


« Obèse », « dyslexique », « handicapé » ou encore « dépressif », ce sont les mots que chaque participant a collés sur son front et qui ont servi de base à la discussion. Des mots prononcés bien souvent avec « insouciance » qui peuvent blesser. Ce qu’ils évoquent est propre à chacun en fonction de ses principes, valeurs, mais aussi de la notion de ce qui doit être « correct ». Or, qu’est-ce que la norme ? Dans cet exercice, il importe d’être honnête avec soi-même et de ne pas avoir peur de ses propres préjugés. Car bien souvent les préjugés découlent de la méconnaissance.

Pour susciter la prise de conscience, chacun a listé ses ressentis et suggéré des solutions pour répondre aux différents préjugés.

La discussion a permis de mettre en lumière l’importance de faire « tomber les étiquettes » pour rencontrer et « reconnaître » l’autre tel qu’il est, et non pas tel qu’on le voit. Un regard est forcément subjectif et nous ne sommes pas ce que les autres voient de nous. Ce qui nous définit ne peut pas être limité par la vision d’autrui sur soi, en aucun cas.

La discussion a permis pendant deux heures de partager ses expériences et impressions afin de réfléchir sur la vision biaisée de chacun pour changer de regards et faire taire les préjugés.

Et s’il fallait faire face à ses propres préjugés et clichés pour pouvoir rencontrer l’autre ? Ce travail sur soi est nécessaire pour avancer vers l’autre. Changer de regard, c’est finalement changer le monde !

Ouvert et gratuit pour tous, la prochaine discussion sur le thème « Égalité au travail » se déroulera le mardi 20 octobre de 13 h à 15 h à la Mission à la Condition Féminine – 14, rue Frédéric Surleau (face à la cathédrale).