Le Service d’Accueil de Jour de l’Association de Parents d’Enfants Handicapés ouvre ses portes à Montravel

Des locaux plus spacieux et mieux agencés pour accueillir dans des conditions optimales les personnes en situation de handicap grâce à la province Sud. L’Association de Parents d’Enfants Handicapés a inauguré ce mardi 29 septembre, son Service d’Accueil de Jour à l’entrée de la cité de Pierre-Lenquette. Julien Tran Ap, élu provincial et membre de la commission de la santé et de l’action sociale est venu saluer ce projet soutenu financièrement par la province Sud.


C’est le fruit de plusieurs années de ténacité et de recherche, mais aujourd’hui, l’Association de Parents d’Enfants Handicapés est fière d’inaugurer les nouveaux locaux du Service d’Accueil de Jour près de la cité Pierre-Lenquette. C’est tout sourire que Catherine Poëdi, la présidente de l’association a reçu les partenaires institutionnels et associatifs du projet, ainsi que les jeunes et leurs parents. « Cela faisait quatre ans, que l’association cherchait un site pour le Service d’Accueil de Jour. Nous ne voulions pas nous éloigner de Nouméa, car nous ne voulions pas renoncer à l’inclusion, s’est-elle exprimée. Nous avons eu cette proposition de la SIC et tout de suite, nous avons vu que cela allait être un énorme chantier. Mais nous avons relevé le défi, aidés par le gouvernement et par la nouvelle mandature de la province Sud. Merci aux collectivités pour leur confiance dans ce projet qui est à la hauteur de l’humanité de toutes les personnes qui y ont contribué. »

Comme on dit, inauguration pluvieuse, inauguration heureuse ! Après l’accueil en chanson par les jeunes du Service d’Accueil de Jour, la visite montre une surface spacieuse de 620 m2, de plain-pied, composée de trois parties et d’une entrée accessible aux personnes à mobilité réduite. Le site comprend un jardin et quatre places de parking. L’aménagement a été conçu par une ergothérapeute. « Quand vous recevez des personnes en fauteuil, vous devez penser à tous les détails. Ce n’est pas seulement une question de rampe, ce sont les largeurs de portes, l’accès aux robinets, les sanitaires, et tout un tas de détails », précise Catherine Poëdi.

Le projet a été soutenu financièrement par la province Sud à hauteur de 20 millions de francs, par le gouvernement pour 60 millions de francs. Le reste étant couvert par les fonds propres de l’association, soit 11,5 millions de francs, sous forme d’un crédit auprès de la SIC. Ce qui représente un total de 91,5 millions de francs.

Julien Tran Ap, élu et membre de la commission de la santé et de l’action sociale, n’a pas caché son admiration : « Ce sont de beaux locaux spacieux et bien aménagés ! C’est important que les jeunes en situation de handicap s’y sentent bien et puissent réaliser leur projet individuel et collectif. C’est un devoir pour la collectivité d’aider les associations telles que l’APEHNC qui a une mission essentielle et défend le droit des personnes en situation de handicap à la dignité. En ces temps de contrainte budgétaire, c’est un signe fort de la Province pour dire qu’elle agit pour tout le monde. »

Répondre à l’évolution des missions de l’APEHNC

Ouvert en 2009 à l’entrée des Tours de Magenta par la volonté de l’Association de Parents d’Enfants Handicapés de Nouvelle-Calédonie (APEHNC), le Service d’Accueil de Jour reçoit des personnes de 16 à 45 ans ayant un handicap moteur avec ou sans troubles associés. Sa capacité est alors de 21 places en temps plein. « La mission du Service d’Accueil de Jour est d’accompagner les personnes vers une autonomie dans la vie sociale et vers une orientation professionnelle ou une formation pratique pour qu’elles aient une activité de production qui n’est pas à but professionnel. C’est un public composé pour la grande majorité de personnes qui ont eu un grave accident », explique Catherine Poëdi.

Au fil des années et au vu de l’évolution du SAJ, les locaux situés à l’entrée des Tours de Magenta sont devenus trop exigus pour proposer des espaces de travail adaptés. Ce qui obligeait le personnel à avoir une organisation complexe où le moindre imprévu peut modifier toutes les activités d’une journée. Sans compter que le morcellement des espaces de l’ancien SAJ imposait de nombreux déplacements des usagers dans des conditions difficiles étant donné que la voirie n’est pas aménagée pour des personnes à mobilité réduite.

En 2018, l’association sollicite le comité d’organisation sanitaire et sociale afin de pouvoir déménager les locaux du SAJ. Après plusieurs mois de recherche, un partenariat avec la SIC, permet à l’APEHNC de trouver un local adapté. Situé rue Collard, près de la cité Pierre-Lenquette, dans le quartier de Montravel, au rez-de-chaussée d’un immeuble prévu pour des locaux commerciaux et des habitations. Débutés en décembre 2019, les travaux d’aménagement se sont achevés mi-août 2020.

Le SAJ compte désormais accueillir trois à quatre personnes de plus « sans moyens humains supplémentaires » souligne la présidente de l’APEHNC. On voudrait réfléchir à l’évolution du projet d’établissement et faire intervenir les collectivités et je pense qu’à terme, on pourra aller jusqu’à 30 personnes accueillies au SAJ. »