Tous les acteurs du Plan d’actions « Requin » réunis à la Province

Dans la continuité de la politique provinciale en matière de prévention du risque requin, la province Sud conviait les partenaires du Plan d’actions « Requin » ce lundi 27 juillet.


Autour de la table, des membres d’associations (Sea Shepherd, WWF, SOS Mangroves), de collectivités (province Sud, ville de Nouméa), du Port autonome de Nouvelle-Calédonie, de services du gouvernement et de l’Etat, ont échangé sur différents sujets comme l’amélioration des connaissances scientifiques, l’efficience des pratiques de la filière pêche ou bien encore la garantie de la sécurité civile.

Conjointement avec la Ville de Nouméa, la province Sud a d’ores et déjà réalisé onze actions concrètes, validé quatre mesures nouvelles présentées aux partenaires, et a réfléchi à six idées à développer ensemble.

Voici les dix actions concrètes déjà réalisées :

  1. Accompagnement des professionnels de la pêche pour la mise en place des équipements, des infrastructures et des bonnes pratiques pour éviter les rejets en mer facteur d’attractivité et de sédentarisation des requins.
  2. Renforcement du nombre de requins marqués afin d’en assurer un meilleur suivi (six campagnes, 10 requins marqués dont 1 requin citron).
  3. Renforcement du Code de l’Environnement sur le volet Shark feeding
  4. Intervention et concertation du monde associatif (Sea sheperd, WWF, SOS Mangrove, Caledo Clean)
  5. Opération de régulation
  6. Campagne de communication conduite sur la période estivale (affichage, insertion presse)
  7. Distribution seaux, affiches, bracelets
  8. Réunions de sensibilisation à destination des animateurs et encadrants
  9. Mise en place de signalétique (Ville de Nouméa)
  10. Mise en place de dispositif de surveillance des baignades par le recours aux nouvelles technologies (Ville de Nouméa)

Voici les quatre nouvelles actions présentées :

  1. Valorisation des déchets de la filière pêche
  2. Nouvelle campagne de marquage
  3. Mise en place de mesures et de dispositifs de contrôle, notamment vis-à-vis du shark feeding à l’aide de caméras de surveillance au Port Autonome.
  4. Formalisation d’une procédure d’alerte.

Six idées sont à développer ensemble :

  1. Accompagnement des marinas pour le développement d’un modèle de gestion écoresponsable permettant la gestion des déchets, des eaux grises, des eaux noires.
  2. Régularisation des situations de mouillages « sauvages » par la mise en place de mouillages organisés et structurés.
  3. Equipement des points de mise à l’eau et des marinas de table pour la gestion des retours de pêche afin d’éviter tout rejet dans le milieu.
  4. Développement de formation et de charte volontaire partenarial avec les professionnels, de tourisme notamment, comme relais de communication et de sensibilisation.
  5. Formalisation d’une procédure en cas d’attaque
  6. Conduite d’études afin de définir les outils potentiels à déployer (équipement de protection individuel, barrières, filets).