Un pas de plus contre la délinquance environnementale

Philippe Blaise, premier vice-président de la province Sud, a signé ce mardi 7 juillet une convention de partenariat avec Denis Giligny, directeur régional des douanes. L’objectif ? Lutter encore plus efficacement contre la délinquance environnementale, et mieux préserver nos espèces endémiques…


Une convention pour entériner un partenariat déjà efficient. Mardi 6 juillet à l’Hôtel de la province Sud, le directeur régional des douanes, Denis Giligny, et le premier vice-président de la province Sud, Philippe Blaise, ont signé une convention. « Il s’agit aujourd’hui de matérialiser des relations déjà existantes entre les douanes et l’équipe des gardes nature de la province Sud, explique Philippe Blaise. L’objectif étant que les deux administrations mettent leurs moyens en commun pour être encore plus efficace. »

Sous l’impulsion de Caroline Groseil, responsable du service des gardes nature, les agents provinciaux et les douanes mènent des missions conjointes, à terre comme sur mer. Elle précise : « Les prémices de cette coopération avec les douanes datent de 2012 par des opérations qui nous ont fait dire que la délinquance environnementale n’était plus un sujet accessoire, et que pour travailler sur ces sujets-là, effectivement, l’optimisation des moyens et la bonne communication entre les différentes administrations concernées étaient des outils fondamentaux qui venaient appuyer une politique provinciale en matière d’éducation. »

De la même façon, plusieurs conventions de collaboration ont déjà été établies permettant de valoriser et de formaliser durablement les partenariats et les politiques conjointement menées entre les acteurs, notamment avec le Parquet, les FANC, le MRCC, l’antenne du GIGN de la Gendarmerie Nationale et les gendarmeries maritimes.

De son côté, Denis Giligny, directeur régional des douanes, se félicite de ce partenariat. « C’est une collaboration au bénéfice du territoire, de son environnement et de ses espèces, précise-t-il. Dans le cadre de la protection de ses espèces endémiques, la douane a, en Nouvelle-Calédonie comme en métropole, un rôle de premier plan. La douane est une police des marchandises, spécialiste des flux internationaux et positionnée aux frontières. »

Le pillage de certaines endémiques locales destinées au commerce international fait ici surface depuis plusieurs années. La mise à disposition des moyens nautiques des gardes nature aux douaniers devrait rapidement porter ses fruits en matière de lutte contre les braconniers.

A ce propos, comme le rappelle Philippe Blaise, la province Sud sollicite le Gouvernement depuis octobre 2019, afin que « les espèces endémiques soumises à un fort risque d’extinction en raison du commerce international, comme certains Geckos, soient mieux protégées par la loi ».