Mettre en place une stratégie de reboisement

Une délégation d’élus de la province Sud, emmenée par le premier vice-président Philippe Blaise, a participé ce samedi, à Fort Tereka à Nouville, à la plantation de 787 arbres, avec les bénévoles de l’association Mocamana.


Philippe Blaise, pourquoi la province Sud était présente ce samedi à Nouville, avec l’association Mocamana ?

 Avec les élus provinciaux Christiane Saridjan-Verger et Julien Tran Ap, nous avons été invités par les membres de l’association Mocamana, qui réalisent des plantations ici depuis 12 ans. Ce site est un des vestiges de la forêt sèche avec des espèces d’une grande valeur. Il s’agit d’une zone qui nécessite un entretien régulier et des plantations. Cette surface qui subit pourtant une forte pression des squatteurs reste vraiment l’un des points d’intérêt de la ville de Nouméa en matière de forêt sèche.

Nous avons pu évoquer avec la présidente de Mocamana Christine Pöllabauer la nécessité de demander le classement de ce site auprès des institutions. La Province va l’y aider.

À travers cette visite sur le terrain, quel est le message de la province Sud ?

La province veut vraiment mettre en place une stratégie de reboisement en s’appuyant sur les associations qui ont développé un savoir-faire. Elle veut leur apporter sa caution morale et monter des dossiers pour aller chercher des financements auprès de l’AFD (Agence française de développement) ou d’autres bailleurs. C’est donc important de venir voir sur place la qualité du travail effectué et d’y participer sachant que Mocamana est aidée par la province depuis longtemps, et qu’elle continuera à la soutenir.

Christine Pöllabauer, vous êtes directrice de l’association Mocamana, pourquoi planter à Fort Tereka ?

C’est la 12e année que nous plantons ici pour tenter de restaurer la forêt sèche qui est menacée à plus de 99% et parce que c’est le plus gros poumon vert de Nouméa, avec plus de 100 hectares. À l’aide de chantiers d’insertion, nous coupons petit à petit les espèces envahissantes pour ensuite planter des spécimens de forêt sèche. Et puis ce site est aussi un patrimoine historique, il offre des falaises d’escalade, des chemins fréquentés par les cyclistes, des sentiers de promenade. Plus de 400 personnes fréquentent le site chaque week-end.

La province Sud soutient financièrement votre association et ce samedi une délégation d’élus provinciaux était sur place, c’est important pour vous ?

Ce soutien est très important, cela nous fait évidemment très plaisir, d’autant que Philippe Blaise, en particulier, nous connait bien depuis nos débuts en 2008. Il avait contribué à planter la première parcelle qui a depuis été restaurée.