Le télétravail à l’épreuve du confinement

Ce jeudi 14 mai, Sonia Backes, la présidente de la province Sud, et Nicolas Pannier, le Secrétaire Général, étaient au Centre Administratif de la Province Sud (CAPS) afin de rendre visite à deux directions ayant eu un rôle incontournable lors du confinement : la DRH et la DSIN. L’objectif de cette visite était, pour la délégation, de pouvoir s’adresser directement aux agents sur la manière dont ils ont vécu et géré la situation de crise. Par-dessus tout, les remercier de la qualité du travail effectué.


Réputées discrètes, la Direction des Ressources Humaines (DRH) et la Direction des Services Informatiques et Numériques (DSIN), n’en n’ont pas pour autant un rôle moindre au sein de l’administration provinciale. Côté DRH, les différentes missions de pilotage stratégique, de gestion opérationnelle, et de soutien psychologique et médical, notamment par le biais du docteur Anne Grandmougin, ont été assurées avec succès lors du confinement, avec la majeure partie des agents en télétravail. « Merci d’avoir permis que cette administration provinciale ait pu continuer de fonctionner en cette période chamboulée » a tenu à dire Sonia Backes à l’ensemble des agents du service. Accompagnée par Marie-Ange Morvan, la directrice, la délégation s’est rendue dans chaque bureau pour comprendre le rôle de chacun et le ressenti sur cette situation particulière et impromptue. « C’était impactant, motivant » précise Rodolphe Cauden, chef de service. « Et le télétravail ? » demande la présidente aux agents ; « C’était très bien » stipule l’un « il y a des avantages et inconvénients, notamment la gestion des enfants ! », rétorque l’autre. « Cela s’est très bien passé dans l’ensemble » assure Marie-Ange Morvan, « on aura joué le jeu de la confiance, et c’est un pari réussi ». Pour Sonia Backes, cette situation dans laquelle s’est retrouvée l’administration provinciale, avec des contraintes nouvelles et urgentes, a aussi permis de « redonner un sens à l’action publique, à l’action des agents de la fonction publique, qui agissent pour la plupart dans l’ombre, mais qui ont su assurer la continuité du service public ».

Et la DSIN ? « Je vous répète une information que l’ensemble des directions provinciales m’ont remontée : la DSIN a vraiment assuré ses missions lors du confinement », entame la Présidente. Ce à quoi Denis Loche, le directeur du service, renchérit en riant : « Merci, cela fait plaisir à entendre, car d’habitude on parle de nous quand quelque chose ne marche pas ! ». Ce service est incontournable, car il a rendu possible, entre autres, le télétravail des agents provinciaux. Comme pour la DRH, le directeur a accompagné Sonia Backes et Nicolas Pannier dans chaque bureau pour avoir les retours d’expériences de chacun. À la DSIN, tous n’étaient pas en télétravail. Pour Jérôme, en charge des serveurs et de l’administration du système Windows et des postes des utilisateurs, « C’était assez éprouvant, surtout au début, car nous étions très sollicités. De plus, il fallait presque qu’on innove ! Au final, cela s’est calmé un peu et tout s’est très bien passé ». Pour ceux ayant fait du télétravail, les expériences sont plus ou moins les mêmes que pour les autres agents : il y avait des avantages et des inconvénients, mais, chose unanime : une bonne dynamique de service et un bon équilibre d’équipe se sont très vite instaurés. Pour Sonia Backes, la généralisation du télétravail est une notion importante. « C’est presque philosophique » assure-t-elle, « cela présente des avantages évidents : un aménagement des heures de travail, éviter les embouteillages…mais de manière certaine, je pense que cela améliorerait les performances des agents ». Pour l’heure, des ajustements sont encore à mettre en place. Globalement, la collecte de ces informations est une ressource précieuse pour les représentants de l’administration, qui souhaitent aller dans le sens d’un mieux-être des agents provinciaux.