Un « Œil » attentif porté sur l’usine du Sud

L’Observatoire de l’environnement, l’Œil, a présenté mardi 12 mai à l’auditorium de la province Sud le « Bilan 2018 des suivis environnementaux » des régions de l’usine du Sud et de Thio, sous les yeux avertis des élues provinciales Françoise Suve et Christiane Saridjan-Verger.


Toutes deux membres de la commission de l’Environnement, les élus provinciales Françoise Suve et Christiane Saridjan-Verger ont participé ce mardi à la présentation en avant-première du « Bilan 2018 des suivis environnementaux » de l’Observatoire de l’Environnement (l’Œil). Quel est l’état du milieu autour de l’usine du Sud ? à Thio ? Quelles sont les perturbations observées ? Quelles en sont leurs origines ? Autant d’interrogations partiellement levées par les scientifiques de l’Œil lors de cette restitution technique réservée aux gestionnaires et décideurs. Une version vulgarisée sera proposée au grand public d’ici un mois.

Qualité de l’air, du milieu marin, des cours d’eau, des nappes phréatiques et autres paramètres datant de 2018 provenant de ces lieux à forte valeur patrimoniale et soumis depuis un siècle et demi aux exploitations minières et forestières, ont été dévoilés.

Par exemple, quatre ans après le déversement accidentel de 96 000 litres d’acide chlorhydrique dans le creek de la Baie nord, les scientifiques se sont aperçus que 32 des 37 espèces de poissons sont de nouveau observables dans le milieu. Françoise Suve, rapporteur de la commission provinciale de l’Environnement, s’est félicitée de « la capacité de la nature à se régénérer aussi vite ». Pour autant, en 2018, des concentrations « record » en sulfate, très largement supérieures à la moyenne et non justifiées, ont été observées dans le creek de la Baie Nord. Des enquêtes sont en cours car la province Sud, qui finance en partie l’Observatoire de l’Environnement, a pour mission de limiter les impacts sur l’environnement en général, et de surveiller, en particulier, au respect de la réglementation relative aux établissements dont l’activité principale concerne le dépôt, le stockage, le traitement ou la valorisation (hors valorisation énergétique) des déchets (dangereux, non dangereux et inertes).