Une nouvelle politique éducative

Premier poste de dépenses du budget 2020 de la province Sud, avec 16 milliards de francs, l’enseignement se doit d’avoir une feuille de route moderne, sécurisante et ouverte sur le monde, pour les cinq prochaines années. Sonia Backes, la présidente de l’assemblée de la province Sud, Gil Brial, deuxième vice-président et Marie-Jo Barbier, présidente de la commission provinciale de l’Enseignement, ont présenté la délibération sur la nouvelle politique provinciale éducative.


La présidente de la province Sud dévoilait mercredi matin à la presse son projet de politique éducative pour les cinq prochaines années, tel qu’il sera présenté ce jeudi aux élus de l’Assemblée de province Sud sous forme d’une délibération. Accompagnée de son deuxième vice-président Gil Brial et de la présidente de la commission provinciale de l’Enseignement Marie-Jo Barbier, Sonia Backes a choisi de tenir cette conférence de presse au cœur de la toute nouvelle école élémentaire de Dumbéa-sur-Mer, entièrement financée par la province Sud via la Secal. La 101e école en province Sud accueillera 80 élèves répartis en quatre classes dès lundi prochain. Un « lieu symbolique », donc, pour présenter cette « délibération importante ». « Le Gouvernement de Nouvelle-Calédonie a son projet éducatif, qui est plus tourné sur les questions pédagogiques, explique la présidente, et la province Sud accompagne et met en place sa propre politique éducative de manière à assurer le bien-être des élèves dans les classes, les bonnes conditions d’enseignement et le bien-être des enseignants. »

Valoriser l’excellence, garantir la sécurité des élèves, construire l’école 2.0, ancrer l’école dans son environnement régional, ou bien encore valoriser le métier des enseignants, la nouvelle politique éducative provinciale est basée sur cinq axes, exposés à la presse par le deuxième vice-président de la province Sud. « Considérer l’école comme un ascenseur social, c’est peut-être ce qui n’a pas fonctionné jusqu’à présent », a rajouté Gil Brial, « il faut parler de la jeunesse qui réussit ».

Marie-Jo Barbier, a insisté pour sa part sur le fait « d’augmenter le nombre d’écoles bilingues en province Sud. Nous en avons actuellement six, nous voulons passer à neuf. Des enseignants calédoniens pourront aller se former en Australie, en université et en salle de classe, pour que nos enfants s’ouvrent sur le monde. »

Enfin, le maire de Dumbéa, Georges Naturel tenait à remercier « la province Sud d’avoir répondu à ses attentes » en créant cette nouvelle école pour la rentrée, dans une « commune où, tous les deux ans, est inaugurée un nouvel établissement scolaire. »



Dix mesures emblématiques concrètes

  1. Perfectionner la formation des enseignants calédoniens en Australie,
  2. Passer de 6 à 9 le nombre d’écoles bilingues français-anglais,
  3. Créer un label « Développement des cultures océaniennes »,
  4. Renforcer le dispositif Innov’Ecole,
  5. Doter les élèves de sept collèges d’ordinateurs hybrides,
  6. Générer l’inscription en ligne et dématérialiser les demandes de bourses,
  7. Créer un internat de la réussite pour 50 collégiens persévérants,
  8. Décerner un prix d’excellence à l’élève le plus méritant de province Sud,
  9. Investir 1,2 milliard dans la sécurité et la sûreté des établissements
  10. Assouplir les règles d’absence des enseignants en dehors des vacances scolaires.




L’enseignement en province Sud en chiffres :

Budget 2020 :

  • 1er poste de dépenses avec près de 16 milliards de FCFP
  • Un budget en augmentation de 2,6 %, soit + 2,3 milliards

Ce sont près de 1 500 personnes dont 1 300 enseignants

Des établissements scolaires publics scolarisant

  • 1er degré : 20 600 élèves dans 101 écoles, 903 classes
  • 2e degré : 11 000 élèves dans 21 collèges et 2 internats provinciaux

Un soutien à l’enseignement privé de 1,2 milliard de FCFP par an

Plus de 12 000 bénéficiaires de bourses scolaires et d’enseignement supérieur

  • 1,1 milliard dédié aux allocations scolaires

2020-2024 : 1,178 milliard de FCFP investis pour la sécurisation des établissements