La province Sud mise sur l’équipe de la « meilleure Appli Tv de l’année »

Sonia Backes souhaite faire de la biodiversité de la Nouvelle-Calédonie « La » marque de fabrique d’une nouvelle stratégie touristique. Pour cela, la province Sud a accueilli comme il se doit l’équipe de The Explorers, dont l’application TV vient d’être fraichement élue « meilleure Appli TV de l’année » par le géant Apple…


Une résolution en 8k supérieure à celle des équipes du National Geographic, une diffusion dans 170 pays, une traduction en 17 langues, 500 nouveaux abonnés toutes les heures, et 10 % du chiffre d’affaires reversé à des associations locales. Autant de raisons qui ont poussé la présidente de la province Sud à accueillir dans de bonnes conditions de tournage l’équipe de The Explorers, emmenée par Olivier Chiabodo. Mise à disposition d’un hélicoptère, d’un carnet d’adresses via le Bureau d’accueil des tournages, de conditions optimales de tournage au Parc provincial de la Rivière Bleue, à l’île des Pins et sur le lagon, etc.

« Nous sommes en train de reconstruire une stratégie touristique pour la Nouvelle-Calédonie, et l’idée c’est de construire une marque, explique sans détour Sonia Backes. C’est quoi la Nouvelle-Calédonie par rapport à d’autres territoires ? Pourquoi les gens viennent-ils ici ? L’une des réponses, c’est la biodiversité extraordinaire. Donc, plus on sera en capacité de montrer à l’extérieur cela, plus les touristes seront attirés. »

Pour Olivier Chiabodo, producteur de The Explorers, le postulat de départ est simple : « Nous avons pour ambition de contribuer concrètement à la préservation du patrimoine naturel, culturel et humain mondial, en soutenant des acteurs de terrain et leurs actions » Parmi les plus belles destinations mondiales, la Nouvelle-Calédonie a donc été choisie par l’équipe financée par François-Henri Pinault pour six semaines de tournage. Un choix « apprécié » par le porte-parole du gouvernement, Christopher Gygès, qui souhaite faire de la « biodiversité calédonienne un vrai relais de croissance, un vrai relais de développement » et arriver à « concilier économie et écologie ces prochaines années ».