Des vétérinaires du Pacifique en visite à la Station Zootechnique de Port-Laguerre

Vingt-cinq vétérinaires de 14 pays et territoires des îles du Pacifique ont visité jeudi 5 décembre la Station Zootechnique de la province Sud, à Port-Laguerre. Venus échanger sur les moyens et mécanismes permettant de préserver les animaux de la région des maladies transfrontalières, ces professionnels se sont rendus à la Station Zootechnique pour découvrir l’important travail réalisé en la matière.


Depuis 2014, la Station Zootechnique de Port-Laguerre, détient la certification sanitaire délivrée par la Chambre de l’Agriculture depuis 2014. Ce label atteste que tous les bovins et ovins de la station sont exempts de maladies liées à la reproduction. Ce résultat est le fruit de sélection génétique rigoureuse et d’une gestion sanitaire de l’élevage.

Ainsi, depuis plusieurs années, la station vend aux éleveurs locaux des bovins et ovins de haute valeur génétique et réalise un travail de vulgarisation des techniques d’élevage.

Venus dans le cadre d’une mission de trois jours, organisée par l’Organisation des Nations Unis pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et la Communauté du Pacifique (CPS), 25 vétérinaires issus de 14 pays et territoires du Pacifique se sont rendus à la Station Zootechnique de la province Sud, à Port-Laguerre pour une visite de terrain. L’objectif ? Découvrir l’important travail de sélection réalisé au sein de la station, notamment pour améliorer la résistance à la tique, et les différents partenariats noués autour des travaux de recherche comme le vaccin contre la tique, la résistance aux antiparasitaires internes.

« Nous leur avons montré tout ce que nous mettons en œuvre pour éviter les contaminations, explique Romain Bonnefond, le responsable de la Station zootechnique. Notamment la mise en place de pédiluve pour éviter que les éleveurs qui viennent à la station infectent les animaux. On leur a montré également la stabulation et ce que nous faisons au niveau du sevrage. Nous avons eu un bon retour de cette visite, certains ont même pris contact pour une éventuelle importation d’embryons de nos bovins ! »

Soulignons, que la région du Pacifique est exempte de maladies animales transfrontalières majeures, un statut que les îles du Pacifique œuvrent pour préserver.

Le résultat attendu de cette mission est d’améliorer et d’harmoniser les pratiques en matière de gestion des maladies animales transfrontalières, et préserver le statut zoosanitaire élevé de la région, afin d’améliorer la production de bétail.