L’archéologie célébrée à Nassirah

La province Sud organise ce weekend les Journées de l’archéologie au cœur de la tribu de Nassirah (Boulouparis). Fouilles, ateliers, expositions et visites guidées de sentiers historiques empruntés par les anciens, ont rythmé ces rencontres avec l’Institut archéologique de Nouvelle-Calédonie et du Pacifique (IANCP).


“L’archéologie, c’est faire parler les pierres qui dorment, ces mêmes pierres qui enferment les traces d’une coutume qui s’exprimait par l’oralité.” C’est par ces mots, lourds de sens, que l’élu provincial en charge de la culture, Petelo Sao, a participé à la coutume d’accueil qui a inauguré l’ouverture des Journées de l’archéologie, samedi matin à la tribu de Nassirah (Boulouparis). “Aujourd’hui, à travers cette manifestation, nous apportons aussi notre pierre à l’édifice de la culture, pour que dans 200 ans, l’on se souvienne qu’on était là…” 

À en croire la généreuse implication de tous les membres de la tribu dans l’organisation de ces journées, il apparaît évident que l’archéologie a toute sa place ici. Coutumiers, agents provinciaux des directions de la Culture et des Sports, agents municipaux de Boulouparis, membres de l’ADCK, et membres actifs du tourisme ont participé à la fête. Au cœur de la tribu, l’Institut archéologique de Nouvelle-Calédonie et du Pacifique (IANCP) a installé un atelier de fouilles, plébiscité par les plus jeunes. Le public, venu nombreux, a pu participer à d’autres ateliers, comme le tapa, la poterie, le tressage ou bien encore la fabrication de “case tortue”. Des produits et productions locaux (plantes, confitures, plats, tressages, plats) ont ravi les amateurs.

Une visite guidée était organisée au sommet du Mont Do, là où un sentier provincial de Grande randonnée (GR) doit incessamment ouvrir et permettre de rejoindre la tribu de Nassirah à celle de Ouipoin à La Foa. “C’est ici même que les membres des clans de la mer de ceux de la terre se retrouvaient pour échanger leurs produits il y a 1500 ans, précise André-John Ouetcho de l’Institut d’archéologie. Nous avons retrouvé ici des coquillages et de la poterie qui datent de 500 ans après Jésus Christ. Il est vraisemblable que ces cairns, ces empilements de pierre, datent de la même époque…”