Lancement du Grand Débat-Entreprises en province Sud

Pensé et présenté par le porte-parole du Gouvernement Christopher Gygès, le « Grand Débat Entreprises-la parole aux entrepreneurs », dont la première étape se déroulait hier soir à la Chambre des artisants, à Nouville, devant 300 chefs d’entreprise, ne pouvait se dérouler sans l’implication de la présidente de la province Sud…

« Incontournable », « attendu », « inespéré »… À en croire les qualificatifs exprimés par les quelque 300 chefs d’entreprise et représentants d’organisations patronales regroupés hier soir à la Chambre des métiers et de l’artisanat de Nouville, la première étape du « Grand Débat Entreprises – la parole aux entrepreneurs » est couronnée de succès. Pendant plus de deux heures, les échanges, directs et riches en propositions concrètes, ont porté sur la relance économique, grâce à laquelle le porte-parole du Gouvernement souhaite « remettre l’économie calédonienne sur les rails » et « bâtir un nouveau contrat avec les Calédoniens ».

Afin de répondre au mieux aux nombreuses questions des petits et grands patrons, Christopher Gygès avait souhaité s’entourer de Sonia Lagarde, maire de Nouméa, et bien évidemment de Sonia Backes, présidente de la province Sud. « Nous sommes là ce soir pour noter vos inquiétudes, a déclaré d’emblée la présidente, notamment autour de l’avenir institutionnel. Nous avons beau faire tout ce que nous voulons, si nous avons des échéances qui sont maintenues, nous avons quand même cette difficulté que n’avait pas la Polynésie lorsqu’elle a initié une relance importante. Plus la durée d’incertitude est courte, mieux c’est. » Pour Sonia Backes, pas de doute, l’Etat doit comprendre que « la question de la visibilité sur les décennies qui arrivent doit être réglée avant la fin de la mandature Macron ». Soit, avant le début de la prochaine campagne présidentielle qui devrait avoir lieu vers la fin de l’année 2021. « Nous travaillons dès aujourd’hui avec les indépendantistes sur des sujets d’économie majeurs, c’est le cas notamment du tourisme par exemple, pour lequel les indépendantistes ont des positions très proches des nôtres. »

Par ailleurs, la présidente de l’institution a aussi abordé la question du « Grand emprunt », à savoir comment pourrait être initié un grand emprunt pour lancer de grandes infrastructures publiques. « Pour l’instant, la position de l’État, que je partage à titre personnel, c’est de dire que l’État peut nous accompagner à condition d’avoir une visibilité institutionnelle. »

Enfin, Sonia Backes a réitéré ses ambitions environnementales relatives à la gestion des déchets, et à sa politique de numérisation massive pour atteindre, en fin de mandat, l’objectif de « Zéro papier à la province Sud ».

DES PISTES DE REFLEXIONS CONCRETES :

  • Dématérialiser et contrôler les arrêts de travail
  • Exonérer de charges patronales pendant trois mois les entreprises qui embauchent
  • Harmoniser les taux de TGC
  • Travailler en relation direct avec le parquet pour instaurer des travaux d’intérêt général réparateurs directs.
  • Assouplir les critères d’obtention de sécurisation des commerces
  • Réduire les temps de dédouanement
  • Repenser la politique de lutte contre l’alcool