«  J’ai déjà eu le chikungunya ! »

Titulaire du label provincial « École en santé » l’école Frédéric Surleau est la première école primaire de Nouméa à accueillir en son sein des représentants du World Mosquito Program. D’autres établissements gérés par la Direction de l’Éducation suivront jusqu’au 13 septembre.


« Bonjour les enfants, merci de nous accueillir dans votre classe. Est-ce que vous connaissez quelqu’un qui a déjà eu la dengue ou le chikungunya ? », entame d’emblée Magalie Dinh, responsable de la communication pour le World Mosquito Program. À en croire le nombre de petits doigts levés, nul doute que ces épidémies font déjà parler les plus jeunes. « Oui, moi, répond Gabriella du haut de ses 8 ans. Et ma mamie aussi… Bin je peux vous dire qu’on a mal partout et qu’on est tout raplapla… »

Afin de protéger les populations des différentes maladies transmises par les moustiques, la Ville de Nouméa, le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, l’Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie et l’Université de Monash en Australie, ont signé une convention de collaboration le 5 mars 2018 pour favoriser le déploiement du « World Mosquito Program » sur le territoire. En partenariat avec la Direction de l’Éducation, des représentants de ce programme ont été invités dans des écoles primaires de Nouméa, estampillées « Label en santé » par la province Sud.

L’objectif de cette campagne d’information ? Sensibiliser les élèves de CM1/CM2 aux risques liés aux épidémies de dengue, et leur expliquer les démarches liées à l’introduction de la bactérie Wolbachia auprès des moustiques calédoniens.

Au programme : vidéos interactives sur les méthodes de protection contre la dengue, ateliers ludiques avec les élèves, quizz, observation du moustique au microscope. Est aussi prévue une distribution aux parents d’élèves de capsules contenant des œufs de moustiques, afin que les enfants puissent observer les différentes phases de développement des insectes.

 

« Pour la Direction de l’Éducation, il est primordial d’être associé »

 

Olivier Rochard, chef de service adjoint de l’Enseignement et de l’Action éducative à la Direction de l’Éducation de la province Sud :

« C’est important pour la Direction de l’Éducation de la province Sud, car nous sommes sur du travail de partenariat. Nous, à la Direction de l’Éducation, nous gérons les écoles primaires de la province Sud, donc il est primordial d’être associé autour de ce projet porté par les enseignants. Et aujourd’hui, c’est l’objet de cette petite heure de rencontre ici, à l’école Frédéric Surleau, autour de la sensibilisation des maladies épidémiques comme le Chikungunya ou le Zika. Voir comment ça se passe avec les enfants, les citoyens de demain qui vont à leur tour sensibiliser les grands à ces problématiques. »

« Les enfants sont les meilleurs ambassadeurs »

 

Magalie Dinh, responsable de la communication pour le World Mosquito Program :

« Pour le World Mosquito Program, c’est important d’être présent dans les écoles primaires car les enfants sont les meilleurs ambassadeurs que l’on puisse espérer. Ils intègrent l’information très rapidement, ils comprennent les enjeux de ce que l’on fait, pourquoi on le fait et comment on le fait. Du coup, ils vont ramener ces informations à la maison et nous permettre de sensibiliser des familles Que nous n’aurions jamais pu avoir accès. Deuxièmement, en sortant de cette intervention en classe, nous allons leur demander si leurs familles veulent participer au World Mosquito Program en accueillant chez eux des capsules d’œufs de moustique. Cela permet aussi à la population de pouvoir prendre part à ce programme, uniquement sur la base du volontariat. »