« Nous prenons cette affaire très au sérieux »

Une délégation de la province Sud, emmenée par le premier vice-président Philippe Blaise et l’élue en charge de l’Enseignement Marie-Jo Barbier, s’est rendue ce lundi matin à l’école primaire de Païta James Paddon, incendiée deux fois en douze jours. Une réunion de travail s’est déroulée avec l’équipe enseignante, le maire de la commune Willy Gatuhau et Isabelle Champmoreau, membre du Gouvernement.

Philippe Blaise, une délégation importante composée d’une dizaine de personnes de la province Sud s’est déplacée ce matin à l’école James Paddon. C’est un signe fort que l’Institution compte envoyer ?

Oui, c’est une façon de montrer que la province Sud est très concernée par cet évènement et que nous prenons cette affaire très au sérieux. Ce qui s’est passé est grave. La province Sud est responsable de 20 000 enfants et de 1 100 enseignants. Ce sont nos collaborateurs et nous devons être là pour eux !

Ce matin vous avez participé à une réunion de travail, ici, à l’école James Paddon avec l’équipe enseignante. Pour quelles raisons ?

Nous avons tenu, avec le Gouvernement et la mairie, venir marquer physiquement notre soutien aux enseignants qui sont très éprouvés par le fait que c’est la 4e fois que cette école subit des dégradations depuis le début de l’année. Là, une classe a été incendiée, l’enseignante a perdu toutes ses affaires et on comprend bien quel peut être le choc pour les élèves. Donc, oui, nous avons tenu à leur manifester notre volonté d’apporter des réponses concrètes tant au niveau d’un soutien psychologique de la part de la direction de l’Enseignement de la province Sud, qu’un soutien matériel de la part de la province Sud, pour que l’on puisse remettre les choses en état, sécuriser les bâtiments sur la base des préconisations des experts en sécurité et des attentes des enseignants. Maintenant, il faut que l’on passe aux actes de façon à retrouver une vie normale après cet événement intolérable.

Comment la province Sud compte venir en aide concrètement à l’école James Paddon de Païta ?

Il y a à reconstituer le matériel pédagogique qui vient de disparaître, il y a des travaux rapides à faire, qui seront pilotés par la mairie de Païta, cela fera l’objet d’une aide exceptionnelle de la part de la province Sud et du Gouvernement, parce que cette situation est d’une gravité assez exceptionnelle. Ce dont on peut se réjouir, c’est que l’auteur a été appréhendé et placé en garde à vue. Donc la réponse des forces de l’ordre et de la justice a été rapide, et nous espérons qu’avec les mesures de sécurité et de protection du bâtiment que nous allons mettre en place, notamment la mise sous alarme, nous allons limiter ce genre d’incident dans le futur.