Entrez dans le rêve de Bruno

Epaulé par la province Sud, Bruno Blanco a fait de son camping-restaurant, le Rêve de Némo, un véritable lieu de rencontre incontournable sur Poé. La première vice-présidente Martine Lagneau s’est rendue sur place pour constater le succès de l’établissement.

Seulement 25 % de clientèle étrangère. Les campeurs le connaissent pour ses petits déjeuners bien trop appréciés. Les sportifs du lagon pour ces repas complets. Les travailleurs locaux pour ses couchers de soleil. Et les familles et amis pour ses nuits sécurisées. En seulement cinq ans, le Rêve de Némo, ou plutôt celui de Bruno Blanco, s’est imposé à Poé comme « le » lieu incontournable des nuits étoilées de Poé. Ce camping est une belle réussite, je n’ai que des bons retours et la province Sud est fière d’avoir participé à votre succès, » commente Martine Lagneau, 1ere vice-présidente de la Province.

Afin d’accompagner le projet Deva et de soutenir la création d’emplois dans le bassin bouraillais, la DEFE (Direction de l’économie, de la formation et de l’emploi) de la province Sud a accordé au gérant une aide à l’équipement (2,2 millions de francs cfp), une aide au RUAMM (200 000 francs cfp), et une aide à l’emploi (1,2 million de francs CFP). « Grâce à ce financement de la province Sud, explique Bruno Blanco, nous allons pouvoir faire des travaux dans la cuisine, mettre un plan de travail et une crédence en inox, installer une nouvelle hotte, etc. C’est un véritable coup de pouce qui permet de poursuivre notre rêve ! »

Ce rêve, Bruno Blanco a attendu 25 ans pour le réaliser. 25 ans à contempler cette « magnifique plage » et se dire, qu’un jour il y ferait « un projet ». Son projet. « En 2013, lorsque j’ai lancé l’affaire, je ne pensais pas qu’on pourrait accueillir jusqu’à 250 personnes en camping et 60 couverts par service en restaurant. »

Fort d’une expérience d’une quinzaine d’années en hôtellerie et restauration à Marseille et à Carcassonne, Bruno a pu aussi compter sur son fils Grégory pour le soutenir dans cette aventure. « Aujourd’hui, nous avons encore des projets pour améliorer l’accueil de nos clients et le bien-être de nos six salariés. Autant dire que le rêve n’est pas prêt de s’arrêter ! »

Toutes les aides au développement économique de la province Sud