La province Sud mise sur la culture à Boulouparis

La première vice-présidente de la province Sud, Martine Lagneau, a signé une convention avec le maire de Boulouparis, qui se traduit par une subvention provinciale qui servira à développer la culture dans la commune.

Après Bourail et La Foa en 2017, Thio et Boulouparis en 2018. « C’est un plaisir de pouvoir signer cette convention de partenariat, annonce, stylo à la main, la première vice-présidente de la province Sud Martine Lagneau aux côtés d’Alain Lazare, maire de Boulouparis. Après un état des lieux en matière culturelle en 2017 sur les communes de brousse, il a été convenu d’apporter un accompagnement et un soutien. Ce partenariat se concrétise par une subvention et par la création d’une convention d’objectifs et de moyens qui servira à accompagner des projets et structures : comme la médiathèque, la sensibilisation et la protection du patrimoine, le festival de la BD, ou bien encore la programmation d’ateliers et de spectacles. »

« Ici, sur le plan culturel et festif, nous ne sommes pas les derniers, bien au contraire, répond Alain Lazare, premier magistrat de la commune depuis 1995. Vous connaissez la Fête de Boulouparis, anciennement Fête du Cerf, il y a aussi le Festival de Bandes dessinées, Bédéfolies. Il y a maintenant Boulouparis Evénements, qui est une association qui a permis d’élargir notre gamme de propositions culturelles et festives. A la mairie, nous mettons un gros budget dans la culture… »

Perspectives de développement et de valorisation

De son côté, Jean-Baptiste Friat, directeur de la Culture à la province Sud, estime que la commune possède un fort potentiel de développement culturel. « Notre volonté est de pouvoir accompagner les communes qui souhaitent développer leur offre culturelle et patrimoniale. Depuis 2016, un gros travail de diagnostic a été fait sur l’ensemble des communes de la province Sud, et lors de ce diagnostic, nous avons pu voir que Boulouparis était une commune dynamique qui entretenait ses infrastructures, avec une médiathèque associative qui vit, un centre culturel, une association dédiée à la thématique culturelle… Il y a une Histoire à Boulouparis, un patrimoine, des vestiges comme ceux de la gendarmerie de Tomo, ceux de la cheminée de l’usine de la sucrière de la Ouaménie, le château de Ouitchambo qui a brûlé… Tous ces vestiges sont des perspectives de développement et de valorisation pour donner une touche historique et patrimoniale a cette commune. »