« L’Île des Pins est notre joyau touristique »

En visite à l’Île des Pins, la première vice-présidente Martine Lagneau s’est rendue auprès des entreprises aidées par la province Sud. Son constat est sans appel : la plupart des entreprises soutenues sont toujours là et contribuent notamment au développement touristique de l’Île.

En tant que première vice-présidente de la province Sud chargée du développement économique, quel est le but de votre visite à l’Île des Pins ?

Ce déplacement s’inscrit dans le cadre du suivi des entreprises qui ont été soutenues par le comité de soutien au développement économique pour l’Île des Pins (le CASE) et qui s’applique dans toute la province Sud. Ces projets économiques sont importants pour les régions dans lesquelles ils se créent. Je poursuis donc mes visites de la province Sud entamées depuis mai 2018, après Thio, Boulouparis, La Foa, Yaté et le Grand Nouméa.

Je viens visiter les entreprises qui ont été aidées au cours de ces dernières années, ce qu’elles sont devenues, leurs projets, voir ce qu’il reste à faire, dresser un état des lieux… Je viens aussi et surtout rencontrer les promoteurs, parce que nous validons des dossiers avec des chiffres, des ratios… mais derrière il y a des hommes et des femmes. Lors de cette visite à l’Île des Pins, j’avoue avoir été très touchée par la réussite de ces projets.

Au cours de cette journée à l’Île des Pins, quels projets avez-vous découvert ou redécouverts sur le terrain ?

J’ai pu voir l’épicerie Ko-mwânkë, un gros projet, et qui a la chance d’avoir des promoteurs très impliqués. C’est une structure familiale, ils sont quatre : le papa, la maman, le fils et son épouse. C’est une très belle structure, importante pour l’Île des Pins, presque un supermarché ! Nous avons échangé et j’ai pu voir qu’ils ont encore de beaux projets à venir. Aujourd’hui, c’est une structure familiale, et demain ce sont des emplois pour l’Île des Pins. C’est une très belle réussite !

J’ai aussi rencontré Oriana nautique qui propose des excursions sur le lagon. La province Sud l’a aidé à agrandir son entreprise en achetant un second bateau. Ce taxi-boat s’est excentré pour proposer un nouveau produit aux visiteurs sur l’îlot Moro notamment. Le chef d’entreprise nous a confirmé que son activité fonctionne bien.

Quel est votre bilan sur les entreprises aidées à l’Île des Pins ?

Suite aux ateliers du tourisme qui se sont tenus sur l’île en avril dernier, la plupart des sociétés touristiques ont de nouveaux projets. Certaines n’ont peut-être pas eu un développement d’activité économique exponentiel, mais elles existent et participent au développement économique de l’Ile, ce qui montre la motivation des porteurs de projets.

Sur le terrain, quel est le travail de la direction de l’Economie, de la Formation et de l’Emploi (DEFE) pour la province Sud ?

A l’Île des Pins, la DEFE est très présente. Le travail effectué émane d’une préconisation du Président de la province Sud qui y attache beaucoup d’importance : c’est notre joyau touristique, il est donc important d’être présent et de soutenir les gens de l’île pour développer de l’activité. La DEFE est inscrite dans le paysage économique de l’Île des Pins : un agent est constamment sur place et des collaborateurs se déplacent régulièrement sur l’île pour des permanences spécifiques.