Les transports calédoniens en mode 2.0

Avec sa quarantaine de chauffeurs indépendants, l’application Pick-me.nc, soutenue par la province Sud, propose depuis janvier dernier un service unique de transport, entre le taxi et le célèbre Uber, via un système de géolocalisation. Environ 17 000 personnes ont déjà été séduites par le concept…

« Structurer le paysage du transport calédonien ». C’était l’idée première d’Alexandre, fondateur de Pick Me et pilote de ligne chez Air Calin. Victime d’un accident de la route durant son enfance, il a pris la décision de « proposer une alternative » aux fêtards calédoniens sous la forme d’une interface de services de transports instantanée et sur réservation, facilitée par la géolocalisation. Via sa direction de l’Economie, de la Formation et de l’Emploi (DEFE), la province Sud soutient le projet en participant au fond de roulement de l’entreprise à hauteur de 1,5 million de francs.

De l’inscription aux données personnelles, sur le site internet ou bien sur l’application mobile, le service est disponible partout, tout le temps. Pour connaître le prix de la course, il suffit de renseigner l’adresse de départ et de destination. Un prépaiement est effectué, uniquement prélevé à la fin de la course. « Des arrêts intermédiaires, pour récupérer quelqu’un par exemple sont rendus possibles, ils sont à renseigner lors de la commande en ligne », ajoute le créateur. Un modèle qui n’est pas sans rappeler celui de l’entreprise américaine Uber.

Si le concept de base est calqué sur l’offre de cette grande pionnière dans le domaine, la version calédonienne s’en démarque. C’est ce qu’affirme Alexandre : « Nous travaillons avec les taxis de la ville et avec d’autres transporteurs qui sont tous licenciés. Pick Me n’a pas vocation à casser les prix. Nous nous sommes alignés sur ceux des taxis et nous prenons une marge de 5 à 10% sur le tarif normal, » ajoute-t-il.

Autre préoccupation de ce touche-à-tout hyperactif ? L’accueil des touristes, qui selon lui doit être amélioré. Pour cela, Pick Me est en étroite collaboration avec plus d’une trentaine d’entreprises liées au tourisme sur le territoire.

« En tout, plus de 17 000 personnes ont utilisé Pick Me sur le caillou. Et les clients sont contents ». Un engouement bénéfique pour la prévention routière car une part des bénéfices de l’entreprise est reversée à l’association. Pour l’heure, les chauffeurs Pick Me sillonnent les secteurs de Nouméa, de Dumbéa, du Mont-Dore et de la Tontouta. « À terme, l’objectif est de s’étendre à l’ensemble du territoire, continuer à développer notre travail avec les transporteurs calédoniens et accompagner les chauffeurs dans la transition vers des voitures électriques ou hybrides », conclut Alexandre.