Une partie de plaisir

Après avoir tenu l’Art Café pendant dix ans et le MV Lounge pendant 5 ans, Olivier Petit reprend avec Alexandre Loréal la gérance du Mulligan, le restaurant du Golf de Dumbéa, rare lieu de restauration dans la zone. C’est pour cette raison que la province Sud participe à la prise en charge des charges sociales de leurs quatre employés.

Le « Mulligan » est un terme anglais qui signifie « la possibilité de rejouer (en amateur) un premier coup manqué au trou numéro 1 ». Ou comment avoir une seconde chance de réussir ! Suite à la rénovation du Garden Golf de Dumbéa en 2017, après l’incendie criminel de son club house en 2009, la direction a voulu reprendre l’activité de restauration. « Si le snack installé en remplacement, sur un côté du parking, ne mérite que des éloges, il était néanmoins temps pour le Garden Golf de retrouver un vrai bar-restaurant, dans un bâtiment en dur », estime Laurent Heutte, directeur du Golf de Dumbéa.

C’est pour cela qu’Olivier Petit et Alexandre Loreal ont candidaté avec un dossier solide, par leurs expériences dans le secteur mais aussi leur stratégie à court et moyen termes. Olivier Petit, fondateur du bar l’Art Café au Quartier Latin, a aussi possédé le bar de la Baie des Citrons le MV Lounge de 2011 à 2015. « Après avoir passé des années à travailler dans le milieu de la nuit, je me suis dit que ce projet, plus calme, pouvait tenir la route. »

Une fois la confiance obtenue du Garden Golf, le bail de location-gérance a été signé le 19 décembre 2017 pour une période de deux ans. Et l’activité a débuté sur les chapeaux de roue moins de quinze jours après, dès le 3 janvier 2018. « Nous avons sollicité la province Sud, et comme tous les autres établissements avaient fermé dans le coin, la collectivité a décidé de nous aider, pour redynamiser la zone ! » L’institution couvre la moitié des charges sociales sur trois ans. Un plus indéniable pour assurer le paiement des salaires des quatre employés qui peuvent assurer 72 couverts tous les midis, sept jours sur sept, ainsi que les soirées à thème. « Un sacré coup de pouce », résume Alexandre Loreal.

Montant des aides provinciales :

La province Sud aide au développement d’une société qui prend des risques, compte tenu des fermetures successives de tous les restaurants avoisinants, tout en satisfaisant la population locale et en contribuant au développement touristique de la zone.

Par conséquent, la DEFE émet un avis favorable à l’attribution d’une aide financière à l’emploi d’un montant de 3,7 millions de francs.

Toutes les aides au développement économique de la province Sud ici