Des auteurs jeunesse « guidés » par une dramaturge québécoise

La semaine dernière, le Château Hagen accueillait une prestigieuse invitée venue du grand Nord : la Québécoise Suzanne Lebeau ! L’occasion, pour auteurs et éditeurs calédoniens, de profiter de son expertise lors d’un stage visant à écrire pour le jeune public.

Avec 27 pièces de théâtre originales ayant donné lieu à plus de 130 productions à travers le monde, la dramaturge Suzanne Lebeau -quarante ans de carrière- milite pour une prise en considération pleine et entière du théâtre « jeune public ». « Trop souvent encore, le théâtre pour enfant va présenter des œuvres soit trop didactiques, soit dans ce que j’appelle la fantaisie stérile ‘à la Walt Disney’ », glisse la septuagénaire avec un sourire.

Ponts entre Québec et Nouvelle-Calédonie

Pendant une dizaine de jours, Suzanne Lebeau aura animé un atelier d’écriture destiné aux professionnels locaux intéressés par la création et l’édition à destination de notre jeunesse. Fruit de la collaboration entre plusieurs acteurs culturels calédoniens (l’association Lire en Calédonie, ou la Maison du Livre), cette venue a notamment été concrétisée par la comédienne Marcela Pizarro, qui a travaillé en Amérique du Nord sur les textes de Lebeau au sein de la compagnie le Carrousel. Depuis quatre ans installée en Nouvelle-Calédonie, Marcela Pizarro reste soucieuse de créer des ponts entre ces deux terres de francophonie : « L’exigence que Suzanne Lebeau inspire à chaque instant est telle qu’on grandit en tant qu’artiste, souligne-t-elle. Son travail nous force à nous poser des questions ! »

De fait, les différents participants à l’atelier ont été conquis par l’approche de l’auteure, au fil des journées d’atelier. Catherine Dinevan, directrice de la compagnie des Kidams qui depuis 2005 propose des spectacles destinés au jeune public, avait mis en scène l’an dernier au centre culturel Tjibaou le texte Une lune entre deux maisons de Mme Lebeau. « C’est la première fois que nous avons sur le territoire une dramaturge pour enfants, s’enthousiasme Mme Dinevan, venue comme les 12 autres participants à l’atelier avec un projet qui aura évolué. Suzanne nous donne des outils afin de préciser notre idée, par rapport au public qu’on souhaite toucher, la cohérence de la fiction, autour des mécaniques de l’écriture. Il n’y a pas de solution miracle, mais il existe certains codes à respecter. »

Accompagner la « rencontre dans l’émotion »

Un enthousiasme partagé par les autres participants à ce stage : « D’après Suzanne, le théâtre c’est une rencontre avec l’enfant dans l’émotion. Une émotion qui peut être négative, explosive… alors qu’on a peut-être tendance à vouloir tout édulcorer, explique Marie Murtini, auteure notamment du spectacle pour enfants La fille qui court comme le vent. Suzanne nous guide, mais c’est nous qui faisons le chemin. C’est super enrichissant, je suis ravie ! »

La Province, outre la mise à disposition de la maison Taragnat sur le domaine du Château Hagen pour la tenue de l’atelier, a assuré un soutien financier. Cette rencontre a également été soutenue par la MAC (Mission des Affaires Culturelles), et, côté Québec, par le CALQ (Conseil des Arts et des Lettres).

Suzanne Lebeau, pour qui c’était une première en Nouvelle-Calédonie, tire également un bilan très bénéfique de ce déplacement aux antipodes. « Nous avons adopté une formule beaucoup plus participative que d’habitude, explique-t-elle. Les échanges ont été très riches. J’ai rencontré des auteurs en exercice, qui avaient déjà une pratique. C’était donc plus facile d’aller plus loin dans les questionnements. »