Les jeunes de Thio mobilisés pour reboiser la mine Yolande

Depuis lundi 4 juin, 10 jeunes de la commune de Thio s’attèlent au reboisement de la mine Yolande. L’objectif de ce chantier d’insertion pas comme les autres : reboiser 15 hectares de terrain dégradé par l’activité minière. Pour les assister dans cette mission, deux techniciens provinciaux spécialisés dans la lutte contre l’érosion sont venus prêter main forte.

Ils ont répondu à l’appel des chefs coutumiers pour venir re-végétaliser le site minier Yolande, situé à 30 km du village de Thio. Claude, François, Edmond, Nikaise sont originaires des tribus de Thio. « On a accepté de participer à ce projet car c’est pour nous, pour la commune, » souligne Nikaise, un jeune de Thio-Mission.

Le chantier d’insertion a débuté lundi dernier et ils ont déjà creusé 184 trous, construit un abri de fortune pour stocker matériel, outillage, engrais et plants, sous le regard de Raymond, l’encadrant technique d’insertion qui les suit quotidiennement. Sur les 15 hectares de terrain, il est prévu de planter d’ici fin novembre 30 000 plants.

La plupart des jeunes n’ont jamais participé à des actions de reboisement, c’est une grande première. Jeudi 7 juin, ils ont reçu la visite de deux techniciens de la province Sud, spécialisés dans la lutte contre l’érosion. « Nous avons plus de 20 ans d’expérience dans le réhabilitation des sites miniers et des actions de végétalisations, explique Etienne Waneissi. Il ne s’agit pas juste de planter mais d’expliquer, il y a un but pédagogique. »

Un chantier difficile

Un chantier d’insertion particulier et compliqué à gérer à cause de l’éloignement, souligne Nathalie Lemagne, chef du service de Médiation d’Insertion et de Prévention à la province Sud. « Le plateau minier est difficile d’accès. Chaque matin, un transporteur va récupérer les 10 jeunes dans plusieurs tribus, les amène sur le site, et les récupère à la fin de la journée. Sachant que le réseau mobilis est peu fiable, en cas de souci, cela prend un certain temps pour redescendre au village. C’est une contrainte dont on doit tenir compte. » D’un point de vue technique, la tâche n’est pas plus aisée. « C’est compliqué car sur place, il n’y a rien. Il faut tout apporter : eau, engrais, matériel… » renchérit Etienne Waneissi.

 

La pluie battante jeudi matin n’a pas découragé les jeunes motivés pour effectuer les premières plantations du site sur les conseils d’Etienne Waneissi. Bois de fer et gaïac sont les deux essences sélectionnées pour lutter contre l’érosion des sols. Les plants sont fournis par la pépinière Nakalé et transportés jusqu’au site par les membres de l’association Mara Jati, maître d’œuvre du reboisement pour ce chantier et chargée du suivi des travaux et de la coordination. Une seconde phase consistera à installer des ouvrages en bois mais aussi lutter contre les espèces invasives.

 

Ce chantier d’insertion va non seulement valoriser le site minier par le reboisement mais aussi permettre aux 10 jeunes de la commune de Thio d’acquérir une expérience professionnelle qui les aidera dans leur parcours de qualification et d’insertion professionnelle.

24 885 000,
c’est le coût total prévisionnel du chantier d’insertion pour le reboisement de la mine Yolande.