Tourisme : la stratégie provinciale validée, première étape d’une stratégie pays

Un tourisme concerté, à l’échelle du pays, voté par les 3 provinces et le Congrès. C’est l’objectif de la stratégie de développement touristique, des services et des loisirs 2025, votée ce matin par la province Sud. Chaque province votera sa stratégie, condition préalable à la création de l’agence de développement touristique de la Nouvelle-Calédonie pour promouvoir la destination à l’étranger.

C’est le fruit de plusieurs années de concertation entre les collectivités et les acteurs privés. Pour tendre vers un seul objectif commun : développer une stratégie tourisme à l’échelle du pays. La province Sud a été la première collectivité, ce vendredi 8 juin, à voter en ce sens en validant la Stratégie de développement touristique des services et des loisirs 2025.

Pour Martine Lagneau, vice-présidente de la province et présidente du GIE Tourisme Point Sud (NCTPS), ce travail collectif est indispensable ! « Cette stratégie va permettre de structurer la démarche de valorisation des atouts touristiques du territoire. Aujourd’hui, nous privilégions le potentiel de la zone Asie Pacifique dans le respect de notre fil conducteur : un développement durable conciliant économie, impératifs sociaux, culturels et environnementaux »

Il s’agit ici de valider les recommandations et objectifs identiques pour les 3 provinces et le Congrès, afin de coordonner les actions en cohérence et donner un cadre de gouvernance à l’échelle pays.

« La Province est la première des quatre collectivités concernées à adopter ce schéma, confie Philippe Michel, le président de la Province. Nous sommes tous dans le même bateau, et nous ne pouvons pas jouer chacun notre stratégie dans notre coin ! En matière de desserte aérienne internationale, de formation, de labellisation et d’implantation du parc hôtelier, tous les acteurs doivent se concerter. Nous sommes dans une filière stratégique et transversale, qui a la capacité de peser significativement sur la construction du pays, ses équilibres économiques, politiques et sociaux. Le tourisme est la deuxième activité à l’exportation de la Nouvelle-Calédonie derrière le nickel ; en brousse il représente une des premières sources de création d’emplois, d’activité et de richesse… »

Les acteurs du secteur et la province Sud notamment, n’ont pas attendu ce plan pour agir. Depuis les Ateliers du tourisme de 2015, pas moins de 36 actions ont d’ores été déjà été menées par la Province (sur un total de 87) ; à travers le Plan de professionnalisation des acteurs du tourisme, les ateliers du tourisme de l’Île des Pins en avril dernier, et les aides spécifiques aux entreprises du secteur. Ainsi, en 2017, 30 entreprises ont été aidées, pour un montant global de 115 millions de francs CFP.

Si la mise en œuvre de la stratégie a déjà commencé, son adoption par les trois provinces et par le Congrès est un prérequis nécessaire pour la mise en œuvre de l’Agence de développement touristique de la Nouvelle-Calédonie (ADT NC). L’organisme chargé de la promotion de la Nouvelle-Calédonie à l’international devrait voir le jour d’ici fin 2018.