L’élevage d’holothuries en bassin en province Sud s’annonce prometteur ?

VRAI.

Avec une première récolte qui pourrait atteindre l’équivalent de ce qui est pêché en milieu naturel ailleurs en Nouvelle-Calédonie (soit 300 tonnes), le développement de la filière d’holothuries en bassin en province Sud s’annonce prometteur. Mieux, le taux de survie observé serait proche de l’ordre de 80 %.

Dans les tuyaux depuis trois ans, ce projet est soutenu par la société de financement et de développement de la province Sud, Promosud, qui épaule particulièrement les entreprises qui investissent dans des filières d’avenir, comme les ressources marines et les énergies renouvelables, ou dans des secteurs où elles sont pionnières.

Il s’agit pour les fermes aquacoles de produire, en alternance, crevettes et bêches de mer. L’avantage des holothuries est que leur élevage est parfaitement écologique. Ces animaux se nourrissent eux-mêmes sur le fond du bassin. Et en se nourrissant, ils améliorent le sédiment, ils « labourent » les fonds des bassins et cassent le cycle bactériologique de la crevette. Cet élevage devrait permettre de remédier à une partie des problèmes techniques de l’élevage de crevettes, d’où l’alternance.