Vale NC : la province Sud impose ses mesures sur le projet Lucy

Le neuvième Comité d’Information, de Concertation et de Surveillance (CICS) de l’usine du Sud s’est tenu cette semaine dans l’hémicycle de la province Sud. L’occasion, d’une part, de faire un point réglementaire et l’état d’avancement du projet Lucy et d’autre part, de dresser un bilan de la centrale au charbon de Prony Energies et les perspectives de valorisation des cendres.

Comment concilier maintien de l’activité de l’usine du Sud pour sauvegarder des milliers d’emplois et protection de l’environnement ? C’est l’enjeu auquel doit faire face la province Sud. Face au Comité d’Information, de concertation et de Surveillance (CICS), réunissant les associations environnementales, l’industriel Vale NC, les différents acteurs institutionnels ainsi que les coutumiers et habitants de la zone, qui s’est tenu mercredi 16 mai, le président de la province Sud Philippe Michel a notamment exposé l’état d’avancement technique du projet Lucy.

«  Vale NC a une production de résidus très importante. Malheureusement la capacité de stockage du parc actuel atteindra ses limites d’ici 2022. La solution proposée par Vale Nc ne nous convenait pas du tout. Il s’agissait de construire un nouvel espace de stockage, encore plus grand avec un nouveau barrage… », raconte Philippe Michel. Le projet retenu et soutenu par la province Sud est donc « Lucy », plus économique et ayant beaucoup moins d’impact environnemental : il s’agit de garder la même zone de stockage existante, et d’y stocker non plus des résidus humides mais secs.

« Nous avons réussi à inverser la proposition de l’industriel, c’est pour cela qu’il nous a fallu un an de discussions pour imposer nos nombreuses prescriptions », ajoute le président de la province Sud. Car même pour le projet Lucy, la province Sud a établi pas moins de 68 pages de prescriptions techniques et l’arrêté d’autorisation ICPE, comporte plusieurs exigences. « Nous avons imposé la nécessité d’un dispositif infiniment plus exigeant que ce que proposait l’industriel », commente Philippe Michel. Ainsi toutes les eaux rejetées (98 %) seront traitées avant rejet dans le milieu, mais aussi une garantie financière de plus de 3,5 milliards de francs CFP, une surveillance en continu des impacts dans certaines zones et une réhabilitation au fur et à mesure sont également obligatoires.

Compensation environnementale

Avec le premier projet proposé par Vale NC, et retoqué par la province Sud en 2014, pas moins de 486 hectares devaient être défrichés. Avec le projet Lucy, le défrichement est divisé par 8, puisque seuls 63 hectares sont autorisés au défrichage. « Concernant ce défrichage, plusieurs mesures d’atténuation et de compensation ont été préconisées, dont la replantation de 66 hectares et la mise en place d’un plan de gestion sur plus de 200 hectares de forêts alentours à préserver », explique François Le Borgne, de la direction de l’Environnement. Cette dernière mesure, inédite, vise une meilleure conservation, sur plus de 20 ans, de milieux exposés notamment aux feux et aux espèces envahissantes.

Vale NC : le suivi en ligne sur le site de la province Sud