Quelles solutions sont envisagées pour éviter le transport des cendres émises par la centrale de Prony ?

Ces dernières années, la centrale de Prony Energies a connu une amélioration de son rendement, avec une augmentation de 20 % ces quatre dernières années pour une consommation de charbon en baisse de 13 %.

Cependant, « le traitement des cendres continue à être un problème et a un coût important », souligne le président de la province Sud, Philippe Michel. En effet, actuellement quelques 30 000 tonnes de cendres humidifiées, classées « déchets non dangereux », sont transportées par camion, depuis le site de Vale NC jusqu’à Gadji, à Païta. « Non seulement le bilan carbone est désastreux, mais en plus ces allers-retours quotidiens usent prématurément les infrastructures routières, pour enfouir ces cendres ! » commente Philippe Michel.  C’est pourquoi  des projets de traitement différent, voire de valorisation, de ces cendres sont sur la table.

Ainsi, un projet de réalisation d’une Installation de Stabilisation, de Stockage et de Valorisation (ISSV) sur le site du Vallon Est à Goro est en cours d’instruction. Il doit permettre l’arrêt du roulage des cendres volantes sur les routes entre Prony et Gadji, et la baisse des coûts de traitement pour Vale et pour la distribution publique.

Autre projet envisagé : valoriser les cendres directement sur le site de Vale dans le cadre du nouveau projet de stockage de résidus secs Lucy. Des études sont actuellement en cours par Vale afin de mélanger les cendres aux résidus secs de l’usine de traitement. Un processus qui permettrait d’aller plus loin encore sur la baisse des coûts de traitement.