Pic de croissance touristique !

 

C’est un véritable record que connaît le tourisme calédonien. Avec 120 000 touristes et 500 000 croisiéristes enregistrés l’année dernière, et des recettes estimées à plus de 26 milliards, le GIE Nouvelle-Calédonie tourisme point Sud a annoncé, ce matin, un renforcement de sa stratégie de promotion à l’international.

Les chiffres sont bons. Et vont même au-delà des espérances : en quatre ans, la fréquentation touristique en Calédonie (hors croisiéristes) a dépassé les 120 000 visiteurs étrangers arrivés par avion en 2017. Les pourcentages d’Australiens et de Néo-zélandais ont augmenté de plus de 50 %. Un chiffre jusqu’alors jamais atteint. Mais ces résultats plus qu’encourageants ne doivent rien au hasard. Martine Lagneau, première vice- présidente de la province Sud et présidente de Nouvelle-Calédonie Tourisme Point Sud, le rappelle : « Le tourisme est une économie de l’offre et de l’export. Il faut donc mettre en œuvre des moyens de promotion adaptés au niveau international, ce que nous avons réussi à faire ».

Des moyens mis en œuvre aujourd’hui et qui sont le fruit de la longue réflexion initiée en 2015 par la province Sud : les cadres des Ateliers du tourisme avaient réuni les trois Provinces et le Gouvernement dans l’objectif de relancer l’économie touristique et de promouvoir la Nouvelle-Calédonie à l’international. « Je pense qu’aujourd’hui nous avons réalisé 50 % des préconisations issues des ateliers du tourisme, assure Martine Lagneau. Tous ensemble, en concertation et en cohésion, nous avons déjà fait beaucoup et nous allons continuer sur cette lancée ».

Et pour booster ce succès, Tourisme Point Sud compte renforcer sa stratégie de notoriété globale, avec diverses promotions touristiques de la destination Nouvelle Calédoniede, des actions digitales, et tout un volet visant les médias internationaux. «  Nous allons signer de nouveaux contrats de destination avec nos partenaires concernant notamment la Chine et le Japon, explique Jean-Marc Mocellin, directeur de Tourisme Point Sud. Même si cette année risque d’être un peu sensible en raison des échéances, nous continuons notre action, et notamment sur la promotion des marchés de niche comme le golf, la plongée, la plaisance… » Au sein du GIE, 15 personnes travaillent sur la promotion à l’internationale et ont su s’adapter aux méthodes modernes de promotions de la destination, souligne Jean-Marc Mocellin.

Le tourisme calédonien devrait donc poursuivre son embellie, 125 000 touristes sont attendus sur le Caillou en 2018, soit une progression de 4 % par rapport 2017.



Un budget tourné vers l’export

La majorité du budget alloué à Nouvelle-Calédonie Tourisme Point Sud est consacré à la promotion : 564 millions de francs, soit 76,6 % du budget global. « En tourisme, la promotion c’est de l’investissement, explique Jean-Marc Mocellin. Ainsi, 6 000 francs investis par touriste rapporte 200 000 francs au pays. Ce qui fait un ratio de 3 000 francs de recettes pour 100 francs investis ». Un constat partagé par Martine Lagneau : « C’est notre tourisme, c’est notre économie. Il ne faut plus dire on dépense des fortunes et ça ne rapporte rien, c’est faux. Cette année, le tourisme c’est pas moins de 26 milliards de recettes pour le pays ! ». Sans compter les 10 000 emplois directs et indirects que le secteur génère sur le Caillou.



Très bon bilan de l’année 2017 et grands projets pour 2018, la vice-présidente de la province Sud, Martine Lagneau, dévoile les contours d’un secteur qui a le vent en poupe : le tourisme.

Comment se porte le Tourisme en province Sud en ce début d’année 2018 ?

 Le tourisme se porte très bien ! En 2017, nous avions projeté environ 118 000 touristes, et nous avons dépassé la barre des 120 000 touristes de séjour, c’est à dire uniquement ceux qui arrivent par avion en Nouvelle-Calédonie. Nous sommes restés pendant des années coincés à 100 000, donc c’est un succès pour les acteurs de ce secteur. A côté de cela, nous avons aussi près de 500 000 croisiéristes qui ont accosté dans les quatre ports principaux, à savoir Nouméa, l’Île des Pins, Lifou et Maré.

Sachant que tous ces bons chiffres ne sont pas le fruit du hasard, mais le résultat de deux années de travail dans le cadre des Ateliers du Tourisme, dont la restitution fin 2016 a mise en avant des dizaines de fiches actions en faveur du secteur.

Quel est le rôle de la province Sud en matière de tourisme ?

Malgré les contraintes budgétaires, le budget provincial consacré au tourisme est de 700 millions de francs, dont 500 millions consacrés à la promotion à l’international et versés directement au GIE Tourisme Point Sud. Ce GIE est le bras armé de la Province au niveau touristique, sachant que nous avons une cellule tourisme à la direction de l’Economie, de la Formation et de l’Emploi qui travaille quotidiennement avec le GIE.

Quels sont les grands dossiers du tourisme pour 2018 ?

Les grands dossiers, nous allons les poursuivre. Nous allons continuer à promouvoir le marché de proximité avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon. Continuer aussi à promouvoir l’Europe, sur des capitales comme Londres, Madrid, Berlin, Paris… Poursuivre la promotion auprès du tourisme chinois en participant à des work shops, c’est à dire des réunions avec des tours opérators chinois.