Les jeunes de Saint-Louis agrandissent leur maison commune

Motivés, impliqués et volontaires. C’est ainsi qu’ont été présentés, par leur formateur et les autorités, les six stagiaires en chantier d’insertion ayant étendu et rénové la maison commune des « Quatre cocotiers » à la tribu de Sain-Louis.

Ils s’appellent Clément, Marie-Lucinda, Jonathan, Christa… Pendant 5 mois, six jeunes de la tribu de Saint-Louis ont agrandi leur maison commune, dans le cadre d’un chantier d’insertion piloté par la Province. « Les chantiers se font à la demande des anciens, ils résultent d’un besoin commun, Nathalie Lemagne, chef du service de médiation, d’insertion et de prévention à la province Sud. Mais c’est le jeune qui est au centre ». Pour un coût de 22,4 millions de francs, ce chantier offre un lieu de vie commune aux habitants de la tribu, mais est aussi un véritable tremplin pour des jeunes souvent en difficulté.

Savoir-faire et savoir-être

Terrassement, fondations, charpente, réalisation d’une salle informatique qui servira à l’aide aux devoirs des enfants de la tribu : « C’est la première fois que je fais un chantier comme ça, raconte Clément, 17 ans. J’ai appris plein de choses et surtout à travailler en équipe. Je suis super fier de ce qu’on a fait ! Fier de savoir que grâce à nous, des mariages vont être célébrés ici ! » Tous ces jeunes avaient à cœur de montrer de quoi ils étaient capables, et surtout de montrer une autre image de Saint-Louis.

Un investissement que Dominique Molé, vice-président de la province Sud, a largement salué : « C’est un magnifique exemple de travail, un exemple pour les enfants. La particularité des chantiers d’insertion, c’est le partage. Saint-Louis fait partie de nos priorités avec un comité de pilotage qui se réunit deux fois par mois pour mettre des choses en place entre les différents partenaires ». Et de souligner à l’attention des jeunes : « Ce chantier n’est pas une fin, mais le début d’un chemin, vers une formation, un emploi, un projet au sein de votre tribu. »