« Cette rentrée est marquée par trois faits majeurs »

Au cœur du nouveau collège d’Apogoti, le président Philippe Michel détaille les nouveautés en matière d’Enseignement, premier poste de dépense de la province Sud avec 15, 6 milliards de francs investis. Inauguration du collège d’Apogoti, instauration du règlement intérieur, déploiement du dispositif Innnov’Ecole, la province Sud et ses 1 500 agents ont préparé la rentrée 2018.

Pour le président Philippe Michel, « La rentrée, c’est évidemment chaque année pour la province Sud un moment important. Cette année, la rentrée scolaire est marquée, pour nous Province, par trois faits majeurs.

L’ouverture de trois nouveaux établissements, en l’occurrence le collège où nous nous trouvons, Apogoti, et deux écoles, l’une à Païta l’autre à Dumbéa. Apogoti, C’est le 21e collège en fonctionnement en province Sud, implanté dans un quartier, une nouvelle ville Dumbéa sur mer, où il était inimaginable que l’on ait pas, notamment au plan éducatif, les structures et les équipements qu’il faut pour accompagner le développement de ville là, au même titre que le médipôle, l’hyper, et les différents services.

Deuxième élément de cette rentrée, l’instauration et la mise en application du nouveau règlement intérieur des écoles. Suite à un certain nombre d’incidents, agressions violences, dans les écoles primaires au cours de l’année 2017, l’Assemblée de province a voté à l’unanimité, je le souligne, un règlement intérieur qui a pour ambition de rétablir un certains nombre de règles, de comportement, d’attitudes, pour les élèves, pour les parents à l’école. Parce qu’il nous semble que, il est essentiel face à cette dégradation lente et continue du climat dans les établissements scolaires, qui devrait être totalement sanctuarisé, un certain nombre de règles. On s’est efforcé de rétablir ces règles dans un cadre, avec un objectif et une finalité toujours éducatifs.

Troisième fait, le déploiement du dispositif Innov’Ecole. Le dispositif Innov’Ecole, c’est la contribution volontaire de la province Sud en terme d’expérimentation de nouvelles méthodes, de nouveaux process, dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau projet éducatif calédonien. C’est un dispositif d’expérimentation dans 17 écoles, qui va prendre toute son ampleur cette année, et qui a vocation à faire l’objet d’une évaluation rigoureuse l’année prochaine, pour savoir ensuite, de concert avec l’ensemble des collectivités et des acteurs de la communauté éducative, ce que l’on doit retenir, pérenniser, développer, dans ces expérimentations.

En parallèle à ces nouveautés, n’oublions pas les autres enjeux importants de cette rentrée, la poursuite du déploiement de la tenue commune dans l’ensemble des établissements, la poursuite du déploiement de l’accompagnement fourni par la collectivité à l’ensemble des familles au travers de ces diverses bourses, aides, etc. Que l’on soit boursier dans le primaire, dans le secondaire ou dans l’enseignement supérieur ou ailleurs. Le déploiement de notre politique en matière de développement informatique dans les établissements scolaires, et, de ce point de vue là, le collège Apogoti en est une illustration, puisque dès le début de la conception, on l’a câblé intégralement et dès la première rentrée, on déploiera cette fameuse tablette.

Par ailleurs, on focalise toujours sur l’enseignement public, mais je rappelle que l’enseignement privé en Nouvelle-Calédonie globalement, c’est un quart des effectifs totaux qui y sont scolarisés, et dans certaines provinces, c’est beaucoup plus que cela. L’enseignement privé occupe une place très importante dans notre carte scolaire et dans notre dispositif. Nous avons une nouvelle école catholique pas très loin et dans certaines provinces, ou certaines régions, s’il n’y avait pas l’enseignement privé, je ne sais pas comment on ferait. A ce titre, bien sûr, la province Sud, comme les autres provinces, accompagne et soutient l’enseignement privé. »

La rentrée en chiffres : 1 500 agents, 15, 6 milliards de francs dépensés qui font de l’enseignement le premier poste de l’institution, 20 250 écoliers, 100 écoles, 906 classes, 21 collèges publics, 2 internats et près de 1, 7 milliard de francs distribués sous forme de bourses et d’aides en tout genre, 1, 3 milliard de francs investis dans les 38 établissements privés.