A Thio : le rêve des femmes !

Cette semaine, on reprend la route avec l’équipe de la Mission à la condition féminine. Cap vers Thio village. Rencontre, mardi 23 mai, avec les femmes de la Côte Est de la Grande Terre, leurs envies et leurs projets. Après une route longue et sinueuse, on arrive enfin à destination. Terminus, tout le monde descend !

Elles s’appellent Siligia, Angèle, Gisèle ou Marie-Irma, elles font partie des associations de femmes de Thio. Elles viennent des tribus environnantes (St Jean-Baptiste, Saint-Pierre, Port Bouquet, Petit Borendy). Ce matin du 23 mai, elles  ont pris le bus pour venir à l’annexe de la mairie de Thio. La Mission à la condition féminine (MCF) leur a donné rendez-vous pour parler du travail au féminin. « Parce que l’indépendance des femmes passe par l’autonomie financière » rappelle Charlène Soerip, responsable de la MCF. Après l’Île des Pins et Bourail, Thio est la troisième destination de la MCF dans sa tournée des communes.

En plus des partenaires habituels : la direction de l’Économie de la Formation et de l’Emploi (DEFE), l’ADIE et Initiative NC, deux représentants de chambres consulaires sont présents ce jour-là : la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) et la Chambre de métiers et de l’artisanat (CMA). Chaque structure a présenté ses diverses  missions et surtout ce qu’elles peuvent proposer aux porteuses de projets en termes d’aides et de soutien : conseils, financement (sous forme de prêts ou de subventions) et formations.

« A Thio, tout reste à faire ! »

Pour être soutenus, les projets doivent avoir une visée économique. Le montant du prêt va jusqu’à 1,2 million de francs pour l’ADIE, attribué sous forme de micro-crédit pour l’équipement, c’est-à-dire l’achat de matériel. Au-delà de cette somme, Initiative NC prend le relai à partir de 2 et jusqu’à 40 millions de francs. Quant à la province Sud, elle propose des aides inscrites au CASE (Code des Aides de Soutien à l’Économie) pour financer par exemple un emploi, un investissement, une étude de marché ou une formation. « La direction de l’Économie, de la Formation et de l’Emploi vient en complément de l’ADIE, d’Initiative NC et des banques », précise Chloé Boission, conseillère à la DEFE.

Et les secteurs à développer ne manquent pas : tourisme, environnement, aide à la personne, activité artisanale, transport etc. « A Thio, tout reste à faire ! » assure Christian Tillon, chargé du développement touristique à la CCI. D’après son expérience, les femmes vont souvent jusqu’au bout de la démarche : « La plupart du temps, elles ont mûrement réfléchi alors elles s’accrochent et au bout de trois ans, leur projet est viable ! » Ernest Déméné, conseiller à Intiative NC rajoute :

« Les mamans ont acquis une expérience au sein des associations et maintenant elles sont capables de monter leur propre projet. »

Prochain arrêt de la MCF : le 30 mai à Yaté. A plus, dans le bus !

Elles ont des projets

Marie-Irma Tonhoueri, un terrain de camping

« Je possède un terrain à la tribu St-Jean Baptiste avec un accès à la mer. Je pense que ce serait un endroit parfait pour un terrain de camping. Pour ce qui est des activités, mon fils emmène les touristes en bateau sur l’îlot juste en face. Je pourrais proposer aussi des ateliers de tressage et des bougnas. Pour réaliser ce projet, je dois installer un bloc sanitaire, c’est pour ça que je suis venue m’informer. »

Gisèle M’Doueri, un verger

« Je cultive l’igname et le manioc, que je vends au marché de Thio. Je voudrais étendre mon activité et créer un verger d’oranges. J’ai besoin d’une aide financière pour acheter des greffons et aussi avoir des conseils techniques. L’agent de la direction du Développement Rural m’a dit que pour cette année la campagne d’aides au développement de l’agriculture est terminée. Je dois attendre l’année prochaine. Le verger, c’est surtout pour mon fils, car c’est lui qui reprendra notre activité par la suite. » 

WebTV : La Mission à la Condition Féminine à Thio